Une Chrysler 300 2 portes de 1970 attend sont restaurateur... (copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)

Une Chrysler 300 2 portes de 1970 attend sont restaurateur...
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)


Une Chrysler Windsor Deluxe 1955 (copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)

Une Chrysler Windsor Deluxe 1955
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)


Une Chrysler New-Yorker Deluxe 4 portes 1953 (copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)

Une Chrysler New-Yorker Deluxe 4 portes 1953
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)


Personne ne sait pourquoi Charles Kee les avait achetées par centaines (copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)

Personne ne sait pourquoi Charles Kee les avait achetées par centaines
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives James G. Murphy Auctions)


DÉCOUVERTE :
DES ÉPAVES DANS LE DÉSERT

PENDANT DES ANNÉES, DANS UN COIN PERDU DE L’OREGON, UN AMÉRICAIN A ACCUMULÉ DES CENTAINES DE VOITURES. NUL NE SAIT POURQUOI ET IL VIENT DE DISPARAÎTRE SANS AVOIR LIVRÉ SON SECRET. SES HÉRITIERS VENDENT LES ÉPAVES, POUR BEAUCOUP PRÊTES À ÊTRE RESTAURÉES.

Les commissaires priseurs de la société américaine James G.Murphy n’en croyaient pas leurs yeux en survolant en hélicoptère ces prairies brûlées d’Oregon : sur une vingtaine d’hectares, des voitures et encore des voitures, alignées à perte de vue.

Pendant trente ans, au cœur de sa propriété qui s’étend sur près de 250 hectares et donc loin des regards, Charles Kee a accumulé des centaines d’automobiles, essentiellement des « Mopar », c’est à dire des modèles du groupe Chrysler (Chrysler, DeSoto, Dodge, Eagle, Imperial, Jeep, Plymouth,…). Coupés, cabriolets, berlines, breaks, utilitaires, toutes les gammes sont représentées des années 40 aux années 70.

Des achats compulsifs, permanents et semble-t-il très peu de ventes. Un groupe de collectionneurs suédois aurait réussi à lui en racheter 150 en un seul lot il y a quelques années, mais Kee n’a jamais voulu dire exactement de combien d’auto il s’était séparé à cette occasion.

Kee n’était pas fou et poursuivait certainement un projet important. Problème : il n’en a jamais parlé à qui que ce soit. Un musée ? Une réserve de pièces détachées et de voitures pour les collectionneurs ? Mystère. Mais les autorités du comté de Brothers (à 200 miles au sud est de Portland) ont contrarié ses plans en lui interdisant de construire les bâtiments qu’il souhaitait ériger à cet endroit. Disparu en décembre à 84 ans, il a laissé à ses héritiers le soin de décider pour lui de la suite à donner !

Ceux-ci ont vraiment pris la mesure de la collection quand les experts envoyés par le notaire ont commencé à répertorier chaque pièce. Un peu dépassés par l’ampleur de cet encombrant legs, ils ont décidé de vendre le tout aux enchères.

Les modèles sont pour la plupart dans un bon état de conservation. Le climat sec de l’Oregon a en effet préservé les carrosseries de la corrosion et Kee complétait le travail bienveillant de la nature en protégeant l’intérieur des voitures avec des couvertures et du papier journal.

La vacation, en deux temps, est programmée les 8 et 9 mai. Plus de 200 voitures constituant de bons projets de restauration seront dispersées à cette occasion, plus de nombreux lots d’épaves à acquérir pour pièces, ainsi que d’énormes quantités de pièces détachées souvent triées, empaquetées et méticuleusement rangées dans des containers que Charles Kee avait installé sur son site…

POUR EN SAVOIR PLUS :

.Le catalogue de la vente de la « Charles Kee collection »

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure