Les performances de la GT3-R ont été dégradées par rapport à celles de la GT3 de compétition. Une nécessité pour être utilisée au quotidien dans des conditions normales de confort. (copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)

Les performances de la GT3-R ont été dégradées par rapport à celles de la GT3 de compétition. Une nécessité pour être utilisée au quotidien dans des conditions normales de confort.
(copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)


Il sera désormais difficile à un amoureux de la marque de faire son choix entre cette version GT3-R et la version équipée du bloc moteur W12. Mécanique prestigieuse ou sportive musclée ? (copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)

Il sera désormais difficile à un amoureux de la marque de faire son choix entre cette version GT3-R et la version équipée du bloc moteur W12. Mécanique prestigieuse ou sportive musclée ?
(copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)


La décoration blanche et verte, intérieure comme extérieure, rappelle la livrée de la version de compétition actuellement engagée en championnat du monde d’Endurance. Pas forcément très discrète (copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)

La décoration blanche et verte, intérieure comme extérieure, rappelle la livrée de la version de compétition actuellement engagée en championnat du monde d’Endurance. Pas forcément très discrète
(copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)


En version R, le bloc gagne en confort et en souplesse ce qu’il perd en puissance pure par rapport à la GT3 de course. Ces trente chevaux de moins devraient être indolores en conduite routière. (copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)

En version R, le bloc gagne en confort et en souplesse ce qu’il perd en puissance pure par rapport à la GT3 de course. Ces trente chevaux de moins devraient être indolores en conduite routière.
(copyright archives AgrippA-mediA /// Bentley Media)


BENTLEY CONTINENTAL GT3-R :
LE LUXE ET LE TONNERRE

BENTLEY VA PRODUIRE UNE SÉRIE LIMITÉE DE 300 CONTINENTAL GT3-R, VERSION CIVILISÉE DE LA GT3 DE COURSE, ASSEMBLÉE DANS LES ATELIERS DE L’ÉQUIPE DE COURSE À CREWE.

La Bentley Continental GT3 n’est pas –pas encore ?- la référence en championnat du monde d’Endurance. Mais son développement sportif est l’occasion pour le constructeur britannique de proposer une série spéciale de 300 exemplaires d’une supercar routière : la Bentley Continentale GT3-R. « R » pour « roadholding », un terme régulièrement utilisé par Bentley au cours de son histoire et qui exprime, à la fois, l’adhérence, le comportement dynamique, la tenue de route –du moins pour indiquer appuyer à quel point ces qualités ont été magnifiées sur cette voiture. Nous attendrons de pouvoir l’essayer pour juger de la pertinence de ce R. Mais les chiffres communiqués hier soir par Bentley sont prometteurs, et pour cause : la R est une version civilisée de la GT3. Elle propose des performances légèrement dégradées par rapport à la version de course, afin de garantir la fiabilité et le confort que l’on attend d’une « supercar » utilisable au quotidien.

Cette quête de confort, qui n’est pas une qualité recherchée en sport automobile, a faire perdre quelques chevaux et gagner de l’embonpoint à la R. Elle s’inscrit ainsi dans la gamme entre la Continental GT V8 S, coupé routier à hautes performances, et la Continental GT3, sa version de course. Les différences principales résident au niveau du moteur : le V8  est le même sur les trois autos, mais ce beau 4 litres développe 580 ch à 6000 tr/mn sur la R, contre 610 sur la GT3 à un régime légèrement plus élevé (528 ch sur la « S »). Côté châssis, la cure d’amaigrissement à laquelle la GT3 avait été soumise (1300 kg) pour être compétitive n’est plus de mise sur la R qui retrouve ses équipements de confort… et son embonpoint (2195 kg, soit juste 100 de moins que la « S ») ! L’intérieur, déshabillé pour les besoins de la course, est à nouveau généreusement garni de cuir. Le tempérament de la R y a un peu perdu, mais reste très musclé par rapport à la GT V8 S. Si la vitesse de pointe est la même, l’explosivité de la R est sa plus belle qualité : le 0-100km/h est couvert en 3,8’’ contre 4,5’’ initialement.

Le prix de vente de chacun des 300 exemplaires n’est pas encore connu, mais il sera évidemment plus élevé que celui de la S (188 000 euros).

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure