La Plymouth Hemi Cuda vendue par Mecum Auctions, avait tous les caractères d’une icône américaine : rareté, originalité, restauration irréprochable. (copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)

La Plymouth Hemi Cuda vendue par Mecum Auctions, avait tous les caractères d’une icône américaine : rareté, originalité, restauration irréprochable.
(copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)


Selon les registres de Plymouth, deux exemplaires seulement de ce modèle ont été produits par la marque en 1971. L’autre a disparu (jusqu’à quand ?). (copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)

Selon les registres de Plymouth, deux exemplaires seulement de ce modèle ont été produits par la marque en 1971. L’autre a disparu (jusqu’à quand ?).
(copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)


Les restauration « à l’américaine » est désormais synonyme d’ultra perfection : l’état de présentation est plus neuf que neuf.  De la haute horlogerie ! (copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)

Les restauration « à l’américaine » est désormais synonyme d’ultra perfection : l’état de présentation est plus neuf que neuf. De la haute horlogerie !
(copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)


En plus du gros moteur, elle était équipée d’origine du pack le plus rare, le « Super Track Pack » destiné aux amateurs de circuit (gros freins, grand radiateur). (copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)

En plus du gros moteur, elle était équipée d’origine du pack le plus rare, le « Super Track Pack » destiné aux amateurs de circuit (gros freins, grand radiateur).
(copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)


Les enchères se sont ouvertes à 400000 dollars et ont atteint 3,5 millions en moins d’une minute (4 millions avec les frais). C’est le record pour ce modèle. (copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)

Les enchères se sont ouvertes à 400000 dollars et ont atteint 3,5 millions en moins d’une minute (4 millions avec les frais). C’est le record pour ce modèle.
(copyright archives AgrippA-mediA /// David Newhardt-Mecum Auctions)


PLYMOUTH HEMI CUDA :
FOLLES ENCHÈRES !

LES FERRARI NE SONT PLUS LES SEULES À ATTEINDRE DES ENCHÈRES RECORDS AUX ÉTATS-UNIS : LES VOITURES AMÉRICAINES Y ATTEIGNENT DÉSORMAIS AUSSI DES SOMMETS DANS LES VENTES. DERNIER EXEMPLE EN DATE : 3,5 MILLIONS DE DOLLARS POUR UNE PLYMOUTH HEMI CUDA DE 1971 !

Les Américains se réapproprient leur patrimoine automobile. Et, comme en toute chose, ils le font dans la démesure. D’Europe, nous n’avons d’yeux que pour quelques modèles mythiques comme les AC Cobra 289 ou 427 (à moteurs 4.7 ou 7.0 litres), les Ford GT 40, les Cobra Daytona et les Tucker. Mais ces bêtes à millions sont des arbres qui cachent une forêt bien plus fournie. Nos voisins ont en effet une vue beaucoup plus fine et subtile de l’exception « made in USA ». Nous reviendrons donc très prochainement sur les marques et les véhicules qui affolent les collectionneurs autant que les plus belles Ferrari, et vous donnerons les clefs du phénomène.

Pour l’heure, il nous fallait vous présenter la vedette de la dernière vacation de Mecum Auction, tenue le 14 juin à Seattle. Cette Plymouth Hemi Cuda de 1971 faisait la couverture du catalogue que vous pouviez voir dans notre sujet sur les grandes ventes du mois de juin (publié le 30 mai). Mecum avait vu juste : en quelques dizaines de secondes, plusieurs enchérisseurs américains ont fait monter le prix de la belle bleue à 3,5 millions d’euros ! Raisons de cet engouement ? Tous les caractères d’un beau morceau d’histoire automobile US.

Tout d’abord, la voiture était indéniablement rare : il s’agissait d’un des deux seuls exemplaires de cabriolet Plymouth Hemi Cuda construites en 1971, équipé du V8 Mopar 426/425 HP et accouplé à une boîte de vitesses mécanique à quatre rapports (elles furent quasi-exclusivement livrées en boîte automatique aux États-Unis). Ensuite, elle était complète à 100%, avec des numéros de châssis, de moteurs et de boîte identiques (ce qui est peu courant tant ces voitures ont été malmenées…). Par ailleurs, elle se présentait dans sa configuration strictement d’origine, qui plus est équipée d’un certain nombre d’options très recherchées à l’époque comme le « Shaker » -du nom donné à cette grosse prise d’air « périscope » greffée sur le moteur et qui jaillit au centre du capot par une fenêtre découpée dans la tôle. Elle avait aussi le « Super Track Pack » destiné alors aux amateurs de circuit (gros radiateur et gros freins). Enfin, elle était dans un état de présentation « américain », c’est à dire irréprochable –condition essentielle pour attirer l’œil des collectionneurs locaux. La restauration « à l’américaine » devient un terme synonyme d’excellence (tout le contraire de ce qu’il signifiait voici quelques années encore !). Vous regarderez désormais ces « muscle cars » autrement, n’est-ce pas ?

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure