A l’été 1958, Elvis avait fait changer la couleur de blanc en rouge, lassé de devoir effacer les numéro de téléphone que ses admiratrices laissaient au rouge à lèvre sur la carrosserie ! On peut la voir telle quelle (sans les numéros de téléphone !), avant restauration au musée BMW de Munich. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)

A l’été 1958, Elvis avait fait changer la couleur de blanc en rouge, lassé de devoir effacer les numéro de téléphone que ses admiratrices laissaient au rouge à lèvre sur la carrosserie ! On peut la voir telle quelle (sans les numéros de téléphone !), avant restauration au musée BMW de Munich.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)


21 décembre 1958 : devant une foule hurlante, Elvis Presley reçoit officiellement les clefs de sa première BMW 507 à la concession de la marque à Francfort (Autohaus Glöckler), des mains de « Miss Land Hessen » (la province dont Francfort est la capitale). (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)

21 décembre 1958 : devant une foule hurlante, Elvis Presley reçoit officiellement les clefs de sa première BMW 507 à la concession de la marque à Francfort (Autohaus Glöckler), des mains de « Miss Land Hessen » (la province dont Francfort est la capitale).
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)


Le célèbre pilote allemand Hans von Stuck, ici au volant d’une BMW 507 au départ de la course de côte du Schauinsland en 1958 (qu’il va remporter), était venu en personne vanter les qualités de la voiture à Elvis Presley. (copyright archives AgrippA-mediA /// Landesarchiv Baden-Württemberg)

Le célèbre pilote allemand Hans von Stuck, ici au volant d’une BMW 507 au départ de la course de côte du Schauinsland en 1958 (qu’il va remporter), était venu en personne vanter les qualités de la voiture à Elvis Presley.
(copyright archives AgrippA-mediA /// Landesarchiv Baden-Württemberg)


Même à l’abandon, une carrosserie de BMW 507 dégage de la sensualité. Si la voiture avait reçu un moteur un peu plus puissant, elle aurait sans doute rencontré le succès commercial qu’elle n’a jamais connu. Elle se rattrape en collection où sa cote atteint un million d’euros, en constante hausse. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)

Même à l’abandon, une carrosserie de BMW 507 dégage de la sensualité. Si la voiture avait reçu un moteur un peu plus puissant, elle aurait sans doute rencontré le succès commercial qu’elle n’a jamais connu. Elle se rattrape en collection où sa cote atteint un million d’euros, en constante hausse.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW)


LA BMW 507 D’ ELVIS PRESLEY
SORTIE DE GRANGE

ELVIS PRESLEY AVAIT EU LE COUP DE FOUDRE POUR LA BMW 507. LE KING AVAIT UTILISÉ LA VOITURE PENDANT SON SERVICE MILITAIRE EN ALLEMAGNE. LE COLLECTIONNEUR QUI L’A ACQUISE IL Y A QUARANTE ANS L’ENVOIE CHEZ BMW CLASSIC POUR UNE RESTAURATION COMPLÈTE.

Elvis Presley n’a pas toujours conduit des Cadillac roses. Le King a eu une prédilection pour les modèles européens, en particulier les BMW, à l’occasion de son service militaire en Allemagne (22 septembre 1958 – 2 mars 1960).

Dès son arrivée, connaissant son amour pour l’automobile, les constructeurs locaux ont essayé de le séduire en l’invitant à rouler dans leurs plus beaux modèles. Les concessionnaires viennent souvent à la caserne, campent devant son hôtel et, lorsqu’il sort, le suivent et le doublent pour démontrer les qualités de leurs modèles. Mercedes en particulier, rêve de l’installer dans un roadster 300 Sl, voiture de prédilection des pilotes de US Air Frorce. Mais c’est sur sa rivale que se posent finalement les yeux de Presley.

Le 21 décembre 1958, Elvis prend livraison d’une BMW 507 blanche couverte d’un élégant hardtop noir dans les locaux du concessionnaire de Francfort « Autohaus Glöckler ». Une voiture qu’il acquiert en leasing. Conviés, les journalistes immortalisent l’événement, les photos font le tour du monde, BMW et Glöckler réussissent un magistral coup de publicité.

Mais au début de l’été, coup de téléphone d’Elvis : il veut changer la voiture. Stupeur de Glöckler ! Elvis le rassure bien vite : il est enchanté de sa 507… mais veut une voiture d’une autre couleur.

Pendant l’hiver tant qu’il roulait avec le hardtop tout allait bien. Mais depuis les premiers beaux jours qu’il roule capote ouverte, on le reconnaît et il passe son temps à astiquer la carrosserie pour en enlever les nombreux noms assortis de numéros de téléphone qui recouvrent le capot et les ailes, apposés au rouge par ses admiratrices enamourées ! Glöckler respire mieux et trouve en août au King une 507 rouge sur la carrosserie de laquelle les déclarations d’amour tracées ton sur ton au « rouge baiser » se verront moins !

Démobilisé fin 1960, Elvis laisse cette BMW 507 derrière lui. Mais elle trouve preneur quelques semaines plus tard chez un amateur américain qui apprécie de rouler au volant de la royale voiture. Changeant plusieurs fois de mains, échouant finalement dans un garage au début des années 1970, elle y reste jusqu’à récemment.

Son propriétaire a enfin décidé à lui redonner un aspect digne de sa rareté : elle est repartie pour l’Allemagne où BMW Classic va procèder à une complète restauration. En attendant, elle est exposée « dans son jus » jusqu’au 10 août au musée de la marque à Munich. Certainement la plus belle « sortie de grange » de l’année !

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

.Le site du musée BMW

.L’essai de la BMW 507

.L’histoire de la BMW 507

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure