06701 est la première des trois Ferrari 275 GTB/C Speciale construites. Une quatrième voiture figure sur les registres de l’usine Ferrari, châssis n°07217, mais personne ne sait si cette voiture a été construite ou pas. Elle n’a jamais été vue. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)

06701 est la première des trois Ferrari 275 GTB/C Speciale construites. Une quatrième voiture figure sur les registres de l’usine Ferrari, châssis n°07217, mais personne ne sait si cette voiture a été construite ou pas. Elle n’a jamais été vue.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)


06701 a été magnifiquement restaurée par son précédent propriétaire, le collectionneur hongkongais Brandon Wang, par ailleurs propriétaire de la 250 GTO châssis n°4219 et de quelques autres très belles Ferrari de compétition. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)

06701 a été magnifiquement restaurée par son précédent propriétaire, le collectionneur hongkongais Brandon Wang, par ailleurs propriétaire de la 250 GTO châssis n°4219 et de quelques autres très belles Ferrari de compétition.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)


Les 275 GTB/C Speciale seront loin d’avoir le même succès en compétition que leurs devancières les 250 GTO. Elles n’avaient pas été l’objet des mêmes attentions de la part des ingénieurs de Maranello. Priorité avait été donnée à la F1 et à l’Endurance. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)

Les 275 GTB/C Speciale seront loin d’avoir le même succès en compétition que leurs devancières les 250 GTO. Elles n’avaient pas été l’objet des mêmes attentions de la part des ingénieurs de Maranello. Priorité avait été donnée à la F1 et à l’Endurance.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)


Sortie des ateliers le 26 novembre 1964, cette 275 GTB/C Speciale mérite bien ce dernier qualificatif : son châssis est fait de tubes spéciaux, sa carrosserie est en aluminium ultra-fin et son moteur est d’un type très proche de celui des 250 LM. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)

Sortie des ateliers le 26 novembre 1964, cette 275 GTB/C Speciale mérite bien ce dernier qualificatif : son châssis est fait de tubes spéciaux, sa carrosserie est en aluminium ultra-fin et son moteur est d’un type très proche de celui des 250 LM.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives RM Auctions)


FERRARI 275 GTB/C SPECIALE :
FILLE DE GTO

1964, ENZO FERRARI EST EN COLÈRE : LA COMMISSION SPORTIVE INTERNATIONALE REFUSE (À RAISON !) D’HOMOLOGUER SA 250 LM EN CATÉGORIE GT. IL FAUT DONC TROUVER DES ALTERNATIVES. L’UNE D’ELLES S’APPELLE « 275 GTB/C SPECIALE ». DÉVELOPPÉE SUR LA BASE DE LA NOUVELLE 275 GTB, ELLE EST PROCHE DES DERNIÈRES GTO ET DES LM. RÉSULTAT ? UNE VOITURE BELLE ET RARE. ET UN NOUVEAU RECORD D’ENCHÈRES !

La Ferrari 275 GTB/C Speciale est née d’un excès de confiance. Car si Enzo Ferrari avait imaginé que la Commission Sportive Internationale (l’instance qui précéda la Fédération Internationale du Sport Automobile), d’habitude si docile avec lui, allait refuser d’homologuer en catégorie GT sa nouvelle 250 LM, il aurait probablement lancé un programme 275 GTO en surfant sur le succès de la 250 GTO. Mais le rejet de sa demande par la CSI -qui le mit dans une colère noire- le prit pour une fois de court. Déjà engagé en Prototype et en Formule 1 où il devait faire face à une nouvelle très forte concurrence, l’Ingegnere dû renoncer à ouvrir un nouveau grand programme technique en GT, ainsi que cela avait été fait si brillamment avec la 250 GTO. Pas question de disperser l’énergie et les ressources dont il craignait de manquer dans les deux autres catégories.

Pour satisfaire sa clientèle privée, Ferrari se vit cependant obligé de produire quelques toutes petites séries de GT de compétition. Maranello se livra donc à quelques exercices de style au succès mitigé qui font aujourd’hui le bonheur des collectionneurs.

Au hasard de cette lignée de « filles de GTO », toutes rares, aux palmarès souvent modestes, figure les 275 GTB/C Speciale, aussi appelée 275 GTB Competizione Speciale, dite aussi 275 GTB Le Mans Speciale, et parfois encore 275 GTB LM (c’est fini, ouf !). Construites évidemment sur la base de la nouvelle 275 GTB présentée au 51e Salon de Paris en octobre 1964, elles reprennent le meilleur des deux mondes : suspension à quatre roues indépendantes de la 275 GTB (une première chez Ferrari) et V12 Tipo 213 Competizione déjà vu sur la 250 LM.

 

TROIS VOITURES CONSTRUITES, ET UN MYSTÈRE…

 

Trois voitures vont être construites sur ses spécifications entre fin 1964 et début 1965, numéros de châssis 06701, 06885 et 07185 ? Une quatrième figure dans les registres de Ferrari sous le numéro de châssis 7217, mais personne ne sait si elle a réellement été construite (voir notre sujet « Les Ferrari Disparues »). C’est la première de cette série que nous vous présentons ici. Un coup de projecteur justifié par sa rareté… et par par les exceptionnelles d’enchère dont elle vient d’être l’objet aux États-Unis.

Le bruit médiatique des 28,52 millions d’euros (tous frais compris) atteints par la 250 GTO de la collection Violati (châssis n°3851GT) lors de la vacation Bonhams de Quail Lodge (lisez notre sujet d’avant hier), a presque fait oublier que plus de deux cents autres voitures avaient été dispersées lors de cette même semaine de Pebble Beach ! Parmi elles, la 275 GTB/C Speciale châssis n°06701 a réalisé la deuxième meilleure performance de l’été sous le marteau, lors de la vente RM du 16 août à Monterey (deux jours après le record battu par la GTO), avec 26,4 millions de dollars (soit 19,7 millions d’euros au taux de change du 16 août). Un score très proche du record pour une 275 GTB établi il y a presque un an jour pour jour au même endroit (17 août 2013, déjà sous le marteau de RM), avec les 27,5 millions de dollars réglés par un collectionneur pour la 275 GTB/4 Spider NART châssis n°10709. Les coupés de route ayant eux depuis longtemps franchi la barre du million d’euros, les 275 GTB s’affirment pour longtemps comme la deuxième famille de Ferrari de route les plus convoitées après les 250.

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure