La Renault Sport R.S. 01 a été conçue comme un prototype de compétition (ce qu’elle est) : coque carbone, arceau en partie supérieur, moteur semi-porteur en position centrale arrière. (copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)

La Renault Sport R.S. 01 a été conçue comme un prototype de compétition (ce qu’elle est) : coque carbone, arceau en partie supérieur, moteur semi-porteur en position centrale arrière.
(copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)


La Renault Sport R.S. 01 est un magnifique exercice de style et de technologie totalement dédié au plaisir des gentlemen drivers du nouveau « Renault Sport Trophy ». (copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)

La Renault Sport R.S. 01 est un magnifique exercice de style et de technologie totalement dédié au plaisir des gentlemen drivers du nouveau « Renault Sport Trophy ».
(copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)


Cette magnifique ligne est due au crayon du styliste japonais Akio Shimizu qui s’est inspiré du concept car DeZir présenté par Renault au Mondial de l’Automobile de Paris en 2010. (copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)

Cette magnifique ligne est due au crayon du styliste japonais Akio Shimizu qui s’est inspiré du concept car DeZir présenté par Renault au Mondial de l’Automobile de Paris en 2010.
(copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)


La Renault Sport R.S. 01 est équipée d’un moteur dérivé du V6 Nismo biturbo, dont la puissance a été ramenée de 600 à 500 ch pour en améliorer sa durée de vie en utilisation sportive. (copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)

La Renault Sport R.S. 01 est équipée d’un moteur dérivé du V6 Nismo biturbo, dont la puissance a été ramenée de 600 à 500 ch pour en améliorer sa durée de vie en utilisation sportive.
(copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)


L’aérodynamique inférieure et supérieure a été très travaillée pour offrir des performances d’appuis équivalentes à celles des monoplaces de Formula Renault 3.5. (copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)

L’aérodynamique inférieure et supérieure a été très travaillée pour offrir des performances d’appuis équivalentes à celles des monoplaces de Formula Renault 3.5.
(copyright archives AgrippA-mediA / archives Renault Sport)


RENAULT SPORT R.S. 01 :
MOITIÉ NISSAN, MOITIÉ DESIGN

ELLE SERA EN 2015 LA VEDETTE DES « WORLD SERIES BY RENAULT » CES WEEK-ENDS DE COURSES ORGANISÉS PAR LE CONSTRUCTEUR FRANÇAIS POUR SES VOITURES SPORTIVES. LA RENAULT SPORT R.S. 01 NE VERA D’AILLEURS QUE LES CIRCUITS : LE MODÈLE, QUI EMPRUNTE SON MOTEUR À NISSAN, N’EST PAS HOMOLOGUÉ POUR LA ROUTE.

Au Japon, les amoureux d’automobiles sont comblés par leurs constructeurs. Ainsi Nissan propose-t-il une version très vitaminée de sa GT-R : la GT-R Nismo (du nom de la division sport et performances de la marque). Cette voiture, présentée en mars dernier lors Salon de l’Automobile de Genève, fait clairement tourner la tête aux amateurs de GT très sportives. Son V6 3,8 litres doublement suralimenté délivre plus de 650 Nm de couple pour une puissance officielle de 600 ch. Et les chiffres sont bien au rendez-vous de la piste : à peine plus de 7 mn pour boucler le tour du vieux Nürburgring (la Nordschleife). Pas mal pour une « grosse » voiture de 1700 kg !

Sur la base de cette magnifique mécanique, Renault a développé non pas une voiture de route (qui aurait pu être badgée Alpine ou Gordini…), mais un modèle exclusivement réservée à la piste : la Renault Sport R.S. 01. Renault aurait donc besoin de Nismo pour produire des voitures de sport ?! Pas seulement : le châssis en carbone a été conçu en Italie chez Dallara. La ligne, née sous le crayon du styliste japonais Akio Shimizu, rappelle le concept car électrique DeZir (présenté par Renault au Mondial de l’Automobile à Paris en 2010) mais fait aussi penser aussi à l’Audi R8.

 

DE GROSSES PROMESSES

 

La R.S. 01 tiendra-t-elle comme la GT-R Nismo ses promesses sur la piste ? Cessons maintenant d’être gentiment ironique : 1100 kg toute mouillée, bloc-moteur semi-porteur installé en position centrale arrière dont la puissance a été ramenée à 500 ch, aérodynamique très travaillée offrant à 300 km/h un appui de 1700 kg pour des coefficients de portance et de traînée équivalents à ceux d’une monoplace de Formula Renault 3.5, l’ensemble est tout simplement magnifique ! Renault offre là aux futurs pilotes de ses World Series un extraordinaire jouet, campé sur des roues de 18 pouces, et équipé de quatre disques de freins en carbone. Une nouvelle catégorie a d’ailleurs été créée spécialement pour la bête : le « Renault Sport Trophy ».

On sait déjà que la voiture est performante (ses chiffres parlent d’eux-mêmes), qu’elle possède des aptitudes sportives de haut niveau (c’est Alain Prost qui le dit) et qu’elle sera fiable (forcément, question d’image de marque). Vivement que l’on nous donne l’occasion de jouer avec les palettes au volant de la boîte séquentielle à sept rapports, implantée en position longitudinale…

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure