La série des six Jaguar Type E Lightweight "continuation" a été fabriquées chez Crosthwaite & Gardiner Limited, à Buxted en Grande Bretagne, sous-traitant historique de Jaguar. Les livraison ont commencé à l'automne 2015. Une opération logiquement supervisée par Jaguaur Heritage. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar Land Rover media)

La série des six Jaguar Type E Lightweight "continuation" a été fabriquées chez Crosthwaite & Gardiner Limited, à Buxted en Grande Bretagne, sous-traitant historique de Jaguar. Les livraison ont commencé à l'automne 2015. Une opération logiquement supervisée par Jaguaur Heritage.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar Land Rover media)


Les châssis des six nouvelles Jaguar E Lightweight sont recréés à partir des plans d'époque et de relevés effectués sur certaines des onze voitures survivantes (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Jaguar media)

Les châssis des six nouvelles Jaguar E Lightweight sont recréés à partir des plans d'époque et de relevés effectués sur certaines des onze voitures survivantes
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Jaguar media)


JAGUAR TYPE E LIGHTWEIGHT CONTINUATION :
PLUS QU’UNE À VENDRE

SUR LES SIX JAGUAR TYPE E LIGHTWEIGHT « CONTINUATION » QUE JAGUAR A DÉCIDÉ DE CONSTRUIRE, CINQ ONT TROUVÉ PRENEURS. SUCCÈS TOTAL DE L’OPÉRATION, DONC. MALGRÉ QUELQUES PROBLÈMES DE PRODUCTION.

Voilà donc le monde de l’automobile classique désormais divisé en trois catégories : les anciennes authentiques, les modernes d’exception et les nouvelles anciennes.

A la première catégorie appartiennent les belles du passé. Rares ou populaires, elles ont l’âge de leurs durits –ce qui fait leur valeur.

Dans la deuxième catégorie s’affichent les Grand Tourisme démesurées et les précieuses voitures de luxe fabriqués par une poignée de constructeurs dit « d’exception » (moins de 300 000 voitures en 2013).

La dernière famille regroupe un nouveau genre d’automobiles, ni modernes, ni anciennes, à cheval sur l’histoire. La Jaguar Type E Lightweight « continuation » appartient à cette dernière catégorie de voitures qui renaissent à l’identique de leur production passée, par la volonté d’artisans privés ou de constructeurs patentés.

Comme nous vous l’avons raconté ces derniers mois, Jaguar a décidé la fabrication de ces six Lightweight car, en 1964, lorsqu’elle cessa de vendre ce modèle de compétition, seules douze des dix-huit exemplaires du programme avaient été produits.

En mai dernier, la marque a donc créé une grosse surprise en annonçant qu’elle allait « finir le travail ». Et construire les six voitures restées à l’état de simples numéros de châssis dans les répertoires des ateliers de Coventry.

Dans la foulée de cette annonce répercutée par tous les magazines et sites spécialisés, des dizaines de collectionneurs ont approché Derek Weale, directeur commercial de Jaguar Heritage en charge du programme. Celui-ci a exclusivement retenu des clients connus pour collectionner la marque, qui étaient prêts à signer un chèque d’un million de Livres Sterling (1,2 millions d’euros) et qui devaient, de plus, formellement s’engager à faire courir les voitures.

Un peu plus de trois mois après cette annonce, cinq des six voitures ont été attribuées. La sixième devrait l’être dans les prochains jours. La production, que Jaguar a confié au spécialistes anglais Crosthwaite & Gardiner, a cependant commencé dans la douleur. Côté carrosserie, les plans ont permis de frapper à l’ancienne de magnifiques habits d’aluminium. Mais la mise au point du groupe motopropulseur pose des gros soucis aux ingénieurs. Restera ensuite à obtenir une homologation de la part des autorités sportives qui permettront de faire courir les six voitures. Il faudra donc attendre encore de long mois pour juger de leur niveau de performance : leur production devrait être achevée fin 2015, à temps pour qu’elles participent aux épreuves 2016…

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure