La Mercedes-AMG GT est proposée avec de nombreuses options –dont les freins en céramique. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

La Mercedes-AMG GT est proposée avec de nombreuses options –dont les freins en céramique.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


Châssis et carrosserie entièrement en aluminium, à l’exception du capot en acier et du plancher avant en magnésium. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

Châssis et carrosserie entièrement en aluminium, à l’exception du capot en acier et du plancher avant en magnésium.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


Le rapport poids-puissance de la Mercedes-AMG GT S excède à peine 3 kg/ch (3,08 kg). (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

Le rapport poids-puissance de la Mercedes-AMG GT S excède à peine 3 kg/ch (3,08 kg).
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


La Mercedes-AMG GT est plus compact que la SLS (une dizaine de centimètres plus courte). (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

La Mercedes-AMG GT est plus compact que la SLS (une dizaine de centimètres plus courte).
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


Boîte sept vitesses, suspensions pilotées, lubrifications par carter sec, beaucoup de caractéristiques « course ». (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

Boîte sept vitesses, suspensions pilotées, lubrifications par carter sec, beaucoup de caractéristiques « course ».
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


Sous le capot, un nouveau magnifique V8 biturbo de 4 litres de 462 à 510 ch selon les versions.  (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)

Sous le capot, un nouveau magnifique V8 biturbo de 4 litres de 462 à 510 ch selon les versions.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Daimler-Benz)


MERCEDES-AMG GT :
LA COURSE OU LA ROUTE

BEL EXERCICE D’INGÉNIEURS PRÉSENTANT DES SOLUTIONS TECHNIQUES INÉDITES, LA MERCEDES-AMG GT PROMET D’ÊTRE UNE VOITURE DE SPORT AUSSI À L’AISE SUR LA PISTE QUE SUR LA ROUTE.

Leurs couleurs vives semblent dire, comme dans la nature « attention : vénéneuses ». Les nouvelles Mercedes-AMG GT et GT S (la version la plus vitaminée) présentées ces dernières heures sont aussi séduisante sur le papier qu’elle seront sans doute addictives à conduire –ou piloter. Les ingénieurs de la division « sport » de Mercedes ont en effet bourré ce nouveau modèle de jolies solutions technologiques garantes d’un comportement et de performances proches de ce qui peut se faire actuellement de mieux.

Châssis, moteur, assistance électronique, cette stricte deux places est un concentré de technologie, une vitrine du savoir faire de Mercedes au service du plaisir.

Au premier regard, la GT rappelle évidemment les derniers coupés de la marque, en particulier la SLS qu’elle va remplacer au catalogue. La filiation, ou du moins la parenté, est évidente. Elle est cependant plus ramassée, plus compacte, mieux proportionnée. Elle a perdu le  côté monstre démesuré et un peu effrayant de la SLS, sans verser dans l’aspect parfois un peu prétentieux et arrogant des petits coupés à l’étoile, qui se donnent des airs de grenouilles voulant se faire aussi grosse que le bœuf. Un regret (tout est affaire de goûts) : l’abandon des portes papillons qui, malgré leurs gros inconvénients –espace nécessaire pour garer la voiture, exercice athlétique pour entrer ou sortir de l’habitacle, conféraient à la SLS incontestablement un énorme charme. Mercedes est revenu à de plus simples considérations : l’AMG GT (ou la GT S) est ce qu’elle a l’air d’être : une voiture moderne, sportive et dont la radicalité ne compromet pas le confort d’utilisation au quotidien. Point n’est besoin d’être un amoureux de l’histoire de la marque ou féru de technologie, voire un pilote, pour apprécier l’objet. Elle est belle, elle est accueillante, elle est facile à apprivoiser. On regarde, on s’assoie, on conduit. La promesse de la performance et de l’efficacité sera tenue si l’on en croit les caractéristiques techniques et les valeurs communiquées par Mercedes.

Côté châssis et carrosserie, la structure est entièrement en aluminium à l’exception, pour des questions de rigidité, du capot formé dans une feuille d’acier. Un surcroît de poids compensé par le choix du magnésium pour le plancher avant. Un séduisant signal adressé aux amoureux des belles technologies de construction ainsi qu’aux sportifs soucieux de l’optimisation des masses et de leur répartition. Mercedes annonce un poids record pour la caisse nue : 231 kg. En ordre de marche, l’auto est ainsi largement passée sous la barre des 1600 kg : 1540 kg pour l’AMG GT, 1570 pour l’AMG GTS (contre 1695 pour la SLS AMG). L’auto a également perdu une dizaine de centimètres en longueur par rapport à la SLS.

Au-delà de ces caractéristiques très séduisantes, c’est le groupe motopropulseur qui retient l’attention. Mercedes équipe l’AMG-GT d’un nouveau V8 de 3982 cm3 à double suralimentation, lubrifié par carter sec, dont les turbos sont installées au cœur du V. Un challenge technologique en ce qui concerne la circulation des fluides et le refroidissement qui permet, lorsqu’il est maîtrisé comme c’est le cas ici, de ramasser le boc moteur dans un espace plus restreint –d’où les dimensions plus réduite de l’auto. Il est accolé à une boîte-pont (un « transaxle ») à sept vitesses doté d’un embrayage bi-disque. En version GT S, l’ensemble passe aux roues une substantielle puissance de 510 ch et délivre un couple de 650 Nm constant de 1750 à 4750 tr/mn. Ce qui confère à la Mercedes-AMG GT S des performances de grande sportive : 3,8 secondes pour passer 0 à 100 km/h (4 secondes pour la version GT « de base »), 310 km/h en pointe (304 km/h pour la GT).

A découvrir sur la route début 2015, et en attendant au Mondial de l’Automobile de Paris à partir du 4 octobre.

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure