La mise en production est prévu pour la seconde partie de l’année 2016. (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

La mise en production est prévu pour la seconde partie de l’année 2016.
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


La circulation des flux aérodynamiques sur et sous la carrosserie a été très travaillée. (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

La circulation des flux aérodynamiques sur et sous la carrosserie a été très travaillée.
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


Michelin a développé pour la GT 2016 un nouveau pneu Pilot Super Sport Cup 2. (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

Michelin a développé pour la GT 2016 un nouveau pneu Pilot Super Sport Cup 2.
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


Le moteur est un V6 biturbo de 3,5 litres de cylindrée installé en position centrale. (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

Le moteur est un V6 biturbo de 3,5 litres de cylindrée installé en position centrale.
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


La mise en production est prévu pour la seconde partie de l’année 2016. (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

La mise en production est prévu pour la seconde partie de l’année 2016.
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


La Ford GT 2016 est une stricte deux places. Homologation en compétition attendue... (copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)

La Ford GT 2016 est une stricte deux places. Homologation en compétition attendue...
(copyright archives AgrippA mediA /// Ford Motor Company)


FORD GT 2016 :
AU NOM DE LA GT40

C’EST L’UN DES ÉVÉNEMENTS DU SALON DE L’AUTOMOBILE DE DETROIT QUI VIENT DE S’OUVRIR : FORD DONNE UNE NOUVELLE HÉRITIÈRE À LA GT 40. CONCENTRÉ DES MEILLEURES TECHNOLOGIES DÉVELOPPÉES PAR LA MARQUE POUR LA COMPÉTITION, VOICI LA FORD GT 2016.

Ford a créé l’événement en dévoilant il y a quelques heures, comme prévu, sa nouvelle interprétation de la Ford GT40. Baptisée Ford GT (comme la première renaissance du modèle produite par Ford en 2005 et 2006), ce nouvel opus de la plus célèbre voiture de course de la marque de Dearborn sera mis en production en 2016 pour célébrer le cinquantième anniversaire du triplé victorieux des Ford GT40 aux 24 Heures du Mans 1966.

La Ford GT 2016 a été pensée autour de trois axes technologiques principaux : l’utilisation des matériaux composites partout où cela était possible, le développement d’un moteur Ford EcoBoost ultra performant placé en position centrale et des solutions aérodynamiques poussées.

Châssis, carrosserie et intérieur, les composites sont partout. Il s’agit principalement d’une combinaison entre une structure centrale en carbone (la coque) et des inserts des parties avant et arrière (notamment les berceaux et les trains) en alliage d’aluminium. Un mariage destiné à alléger la coque et ses habillages, tout en garantissant une rigidité et une résistance élevées, offrant cependant de très bonnes capacités de déformation contrôlée et de dispersion de l’énergie en cas de choc.

Côté moteur, on regrettera que Ford ne veuille pas s’engager sur la voie de la propulsion hybride à haute performance. Mais la solution retenue est conforme à la philosophie industrielle du constructeur qui préfère s’appuyer sur des moteurs thermiques traditionnels à très haut rendement. La Ford GT 2016 sera ainsi équipée d’un V6 de type Ford EcoBoost de 3,5 litres de cylindrée, doté d’une double suralimentation. Les consommations seront « très basses » (aucune donnée n’est pour le moment communiquée), tandis que la puissance promise dépassera les 600 ch.

Ce groupe motopropulseur a été particulièrement brillant en compétition en remportant en 2014, pour sa première année d’engagement, trois victoires en championnat IMSA (dont une aux 12 Heures de Sebring, installé dans la Riley du Chip Ganassi Racing).

Troisième point fort de cette Ford GT 2016, son aérodynamique. Si les codes esthétiques de la GT40 sont rappelés à l’avant et à l’arrière, les flancs tourmentés de cette nouvelle héritière montrent que l’écoulement des flux d’air sur la carrosserie a été énormément travaillé. Les ingénieurs ont évidemment cherché à accroître l’appui supérieur (sur la carrosserie) et inférieur (entre le châssis et la route), tout en réduisant la traînée (la résistance à la pénétration dans l’air), à l’aide d’appendices aérodynamiques (ailerons, becquets), parfois à géométrie variable. Mais ils ont également, comme sur une monoplace de F1 ou un prototype d’Endurance travaillé l’utilisation de l’air pour améliorer le refroidissement des organes mécaniques, améliorer la capacité de freinage et la ventilation de l’habitacle.

La bête de course a, pour ce qui est du prototype qui nous a été présenté, belle allure, bien campée sur ses roues de 20 pouces, équipée de pneumatiques Michelin Pilot Super Sport Cup 2 dessinés exclusivement pour elle.

Le prix, comme les données techniques exactes, ne nous ont pas encore été communiqués.

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure