La victoire de Porsche, après la mainmise d’Audi sur l’épreuve depuis l’édition 2000 (à deux exceptions près : Bentley en 2003 et Peugeot en 2009), affirme un peu plus l’absolue domination des marques allemandes sur l’épreuve. Audi et Porsche, appartiennent toutes deux au même groupe : Volkswagen. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche A.G.)

La victoire de Porsche, après la mainmise d’Audi sur l’épreuve depuis l’édition 2000 (à deux exceptions près : Bentley en 2003 et Peugeot en 2009), affirme un peu plus l’absolue domination des marques allemandes sur l’épreuve. Audi et Porsche, appartiennent toutes deux au même groupe : Volkswagen.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche A.G.)


Le trio vainqueur, Tandy, Hülkenberg et Bamber (de g.à d.). Ils ont constamment roulé aux avant-postes de l’épreuve. Leur Porsche 919 Hybrid n°19 a toujours occupé l’une des six premières places du classement. Aucun problème mécanique, tableau de marche strictement respecté, course parfaite. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche A.G.)

Le trio vainqueur, Tandy, Hülkenberg et Bamber (de g.à d.). Ils ont constamment roulé aux avant-postes de l’épreuve. Leur Porsche 919 Hybrid n°19 a toujours occupé l’une des six premières places du classement. Aucun problème mécanique, tableau de marche strictement respecté, course parfaite.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche A.G.)


PORSCHE : LA 17e VICTOIRE DU MANS

PORSCHE A REMPORTÉ HIER LES 24 HEURES DU MANS POUR LA 17e FOIS DE SON HISTOIRE. CETTE VICTOIRE MARQUE UNE PASSATION DE POUVOIR APRÈS QUATORZE ANNÉES DE DOMINATION QUASI ABSOLUE D’AUDI. MAIS C’EST AUSSI UNE PIERRE DE PLUS À L’EXCEPTIONNEL MONUMENT DE SUCCÈS CONSTRUIT PAR LA MARQUE DE STUTTGART DANS LA SARTHE. UN RECORD. ET UN ACTE D’AMOUR !

Porsche et les 24 Heures du Mans, c’est une éternelle histoire d’amour. Il y a, entre la reine des épreuves d’Endurance et le plus célèbre constructeur sportif allemand, tous les ingrédients d’un perpétuel drame passionnel. Un livre ne suffirait pas à conter le roman de ce lien fusionnel entre les deux amants -l’épreuve et son concurrent, tissé à coups de victoires, de drames, de séparations, de retrouvailles, de rendez-vous manqués.

En se glissant pour la première fois en 1951 dans le lit des 24 Heures et en y revenant quasiment chaque année comme on revient partager les draps de son amante –presque…- nuit après nuit, Porsche a connu au bout de ses étreintes avec Le Mans le meilleur comme le pire. Aussi bien le sublime émoi de la victoire, l’amertume de l’acte manqué, le venin de la jalousie (endurée ou provoquée…), que le suprême affront de la porte close… Il y eu en effet quelques « je-t’aime-moi-non-plus ».

Recordman des engagements au Mans (779 voitures au départ depuis 1951), Porsche a parfois mal vécu certaines évolutions réglementaires qui ne collaient pas avec ses philosophies techniques. Se sentant rejeté, il limita alors sa présence à la fourniture de GT à ses clients. L’art d’être présent sans y être. Un abandon somme toute un peu voyeur.

Inversement, Porsche a parfois forcé la porte de la chambre. Ce fut le cas en 1994, lorsque l’ACO décida de favoriser règlementairement les Grand Tourisme au détriment des Sport Prototype. Par la grâce d’une homologation en GT surréaliste –mais légale- une Porsche 962 « de route » survola l’épreuve.

Brouilles, embrouilles, rapports tendus, les éloignement provoqués ou logiques n’ont jamais duré. Ces deux là ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. Et quand le règlement n’évoluait pas ou pas assez vite dans le sens souhaité, Porsche a accepté les nouvelles exigences et s’est patiemment préparé pour reconquérir le lit de celle qu’il aimait. Que ne ferait-on pas à Zuffenhausen (le siège de Porsche dans la banlieue de Stuttgart) pour vivre une fois de plus 24 Heures d’amour absolu ?

Le résultat ? Un palmarès unique 17 pole positions, 17 victoires, 18 deuxièmes places. Si c’est pas de l’amour, qu’est-ce que c’est ?

LE CLASSEMENT FINAL DES 24 HEURES DU MANS 2015 :
1. Porsche 919 n°19 (Hülkenberg, Bamber, Tandy)
2. Porsche 919 n°17 (Bernhard, Webber, Hartley)
3. Audi R18 n°7 (Fässler, Lotterer, Tréluyer)
4. Audi R18 n°8 (Di Grassi, Duval, Jarvis)
5. Porsche 919 n°18 (Dumas, Jani, Lieb)
6. Toyota TS 040 n°2 (Wurz, Sarrazin, Conway)
7. Audi R18 n°9 (Albuquerque, Bonanomi, Rast)
8. Toyota TS 040 n°1 (Davidson, Buemi, Nakajima)
9. Kcmg Oreca 05 Nissan n°47 (Howson, Bradley, Lapierre)
10. Jota Sport Gibson 015S Nissan n°38 (Dowlan, Evans, Turvey)

 

POUR EN SAVOIR PLUS…

.24 Heures du Mans 2015 : la 17e pole de Porsche

.24 Heures du Mans 2015 : le coup de force de Porsche

.24 Heures du Mans 2015, c’est déjà parti !

.Le Mans 2014 et autres récits : Cette nuit, il n’a pas dormi.

.Le Mans sans Kristensen !

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure