17,7 millions de dollars pour cette Ferrari 250 LM, c’est l’un des records établis à Monterey par RM. (copyright archives AgrippA mediA /// RM Sotheby’s - Darin Schnabel)

17,7 millions de dollars pour cette Ferrari 250 LM, c’est l’un des records établis à Monterey par RM.
(copyright archives AgrippA mediA /// RM Sotheby’s - Darin Schnabel)

VENTES AUX ENCHÈRES DE PEBBLE BEACH :
PREMIÈRE PLUIE DE RECORDS

À L’HEURE OÙ NOUS PUBLIONS CETTE ÉDITION, TOUTES LES VENTES AUX ENCHÈRES NE SONT PAS TERMINÉES À MONTEREY / PEBBLE BEACH. MAIS DÉJÀ DES RECORDS ONT ÉTÉ ENREGISTRÉS. PREMIER ÉTAT DES LIEUX AVANT DES RÉSULTATS DÉTAILLÉS, MAISON PAR MAISON, DÈS DEMAIN MARDI.

Déjà des records et ce n’est pas fini… Le décalage horaire entre la côte ouest des États-Unis et l’Europe ne facilite pas la transmission d’informations (il est 9 heures de moins en Californie qu’à Paris…). Nous publions donc ces lignes alors que Gooding & Company, maison de vente officielle et partenaire du concours de Pebble Beach, n’a pas commencé sa dernière vacation –qui promet d’atteindre des sommets au regard du catalogue…

D’autres maisons, elles, depuis leurs derniers coups de marteaux donnés, hier et avant-hier soir, continuent d’animer des transactions entre vendeurs et acheteurs sur des lots non adjugés (les « after sales »).

Entre décalage horaire et décalage d’envies, nous devrons donc attendre quelques heures (voire quelques jours pour certains lots), avant de dresser le bilan des ventes aux enchères de la semaine de Monterey.

Mais quelques annonces ont déjà été faites, chacun étant trop heureux de livrer les résultats des premières adjudications publiques. Et, pour cause : la crise de croissance (des prix) continue pour le monde de l’automobile de collection. Les vendeurs sont heureux d’avoir vendu à des prix étincelants, et les hausses sont suffisamment correctes –comprenez, importantes sans être « stratosphériques »- pour en présager de nouvelles, laissant penser aux acheteurs (à raison) qu’ils ont fait de beaux investissements passionnels. Jugez plutôt…

 

 

RM – SOTHEBY’S : l’assommoir dès jeudi !

 

RM – Sotheby’s a frappé très fort et fait voir des étoiles à tout le monde lors de ses trois nocturnes.

Dès jeudi, la dispersion de la première partie de son catalogue avait fait grosse impression (lots 101 à 125) : 17,7 millions de dollars pour la Ferrari 250LM (lot n°113), 13,75 M$ pour la McLaren F1 « LM-Spec » (lot n°107), 8,5 M$ pour la Ferrari 250 GT Spider California châssis long (lot n°118), 8,05 M$ pour la dernière Ferrari Enzo (lot n°103), 3,3 M$ pour la Ferrari F40 LM (lot n°116), 3,3 M$ pour la Ferrari 275 GTB/4 (lot n°121), 2,75 M$ pour la Ferrari 365 GTB/4 Daytona Spider (lot n°120), 2,475 M$ pour la Lamborghini Miura P40SV (lot n°105).

Vendredi, ce sont deux voitures de course qui ont écrit deux nouveaux records : 13,2 M$ pour la Jaguar C-Type usine (lot n°235) et 7,975 M$ pour la Ferrari 275S/340 America Barchetta (lot n°217).

Samedi, coup de grâce (attendu) avec la vente passionnante de l’une des plus importantes voitures de la semaine, le lot n°332 : la berlinette Ferrari 250 GT Passo Lungo (« châssis long »), victorieuse du Tour de France auto 1956 avec Alfonso de Portago : 13,2 millions de dollars.

Au total de ses trois soirées, augmentées de quelques « after-sales » (qui ne sont pas terminées), RM a donc réalisé à Cette édition 2015 de la Monterey Car Week un chiffre d’affaires de 172,7 millions de dollars (à rapprocher de son CA 2014 : 114,4 millions de dollars).

 

 

BONHAMS : vite fait, très bien fait

 

Bonhams présentait vendredi un catalogue assez court, 111 lots, dont 94 ont été adjugés, douze au-delà d’un million de dollars.

Le clou de la vente était constitué par le lot n°56, la berlinette Ferrari 250 GT châssis long « Interim » qui s’est vendue (frais compris) légèrement en dessous de son estimation basse, 8,525 millions de dollars. Une sommes certes très substantielle, mais légèrement inférieure à ce qu’en attendait son propriétaire Paul Pappalardo. Cette auto représente un très bel achat pour son nouvel acquéreur : la voiture est historique et elle était très bien restaurée après un long travail de recherche de ses principaux organes (moteur et boîte de vitesses) qui avaient été dispersés. Nous espérons la voir sur le Tour Auto (dont elle avait terminé 3e en 1959) dès la prochaine édition en avril 2016.

Le reste du catalogue Bonhams, tout aussi désirable que cette « Interim » qui ne pouvait séduire qu’un très fin amateur de la marque de Maranello, a fait virevolter le marteau de l’auctioneer, notamment : 2,64 M$ pour la Ferrari 365 GTB/4 Daytona Spider (lot n°59), 2,365 M$ pour la Ferrari 288 GTO (lot n°32), 2,2 M$ pour la Ferrari 212 Inter Cabriolet Vignale (lot n°65), 1,952 M$ pour la Lancia Aurelia B24S Spider America (lot n°44).

 

 

GOODING : la moitié d’un brillant chemin…

 

Gooding a dispersé la seconde partie de ses plus beaux lots cette nuit, entre 3 heures et 4 heures du matin. La veille, samedi entre 17 et 19 heures (heures de Californie), l’équipe de la plus récente des grandes maisons de ventes avait adjugé la première partie de son très beau catalogue : la Mercedes 300SL Gullwing (lot n°13) pour 1,650 M$, la Maserati A6G/2000 Coupé (lot n°18) pour 1,045 M$, la Ferrari 500 Superfast (lot n°20) pour 3,025 M$, la Porsche 959 (lot n°23), la première Ferrari 275 GTB/4 (lot n°29) pour 3 M$, la seconde Ferrari 275 GTB/4 (lot ajouté) pour 3,877M$, la Ferrari 206 S Dino Spider (lot n°34) pour 2,31 M$. Le lot le plus attendu se présentait ensuite : la berlinette 250 GT châssis court, carrossé par Giorgetto Giugiaro pour Monsieur Bertone (lotn°39). La salle a retenu son souffle jusqu’au coup de marteau final à 16,5 millions de dollars. Autre moment fort : l’adjudication pour 10,12 M$ de l’une des Porsche les plus importantes de l’histoire de la marque, la 956 victorieuse des 24 Heures du Mans 1983 (lot n°50).

Nous vous livrerons demain mardi le contenu complet des résultats Gooding, enrichis des commissions puisque les prix ci-dessus nous ont été communiqués la maison américaine avant calcul des commissions dues par les acheteurs en sus du prix au marteau.

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collection , assurance voiture d’exception ,

assistance voiture de collection , assistance voitures d’exception .
Renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure