Zora Arkus-Duntov aux côté de son ami le pilote John Fitch qui assurait le développement de la Corvette SS, en 1957 avant les 12 Heures de Sebring (copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)

Zora Arkus-Duntov aux côté de son ami le pilote John Fitch qui assurait le développement de la Corvette SS, en 1957 avant les 12 Heures de Sebring
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)


Arkus-Duntov dessinait les voitures et aimait les piloter ! Il est ici au volant de la Corvette SS de 1957 a carrosserie en magnésium dont deux exemplaires furent construits (copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)

Arkus-Duntov dessinait les voitures et aimait les piloter ! Il est ici au volant de la Corvette SS de 1957 a carrosserie en magnésium dont deux exemplaires furent construits
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)


Zora Arkus-Duntov en 1966 accoudé à l'une de ses Corvette C2 de 2e série (sans la lunette arrière en deux parties, la "Split Window") (copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)

Zora Arkus-Duntov en 1966 accoudé à l'une de ses Corvette C2 de 2e série (sans la lunette arrière en deux parties, la "Split Window")
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives GM Heritage)


ET ZORA ARKUS-DUNTOV
RÉINVENTA LA CORVETTE

INGÉNIEUR D’ORIGINE EUROPÉENNE, FÉRU DE COMPÉTITION, ZORA ARKUS-DUNTOV EST LE PÈRE DE LA PLUS CÉLÈBRE DES CHEVROLET CORVETTE : LA C2. TOUCHE À TOUT DE GÉNIE, SON TALENT FINIRA PAR LE PORTER À LA TÊTE DU BUREAU D’ÉTUDES DE LA MARQUE.

Certains chefs-d’œuvre peuvent naître deux fois. La Chevrolet Corvette, qui mérite le qualificatif tant elle fut une idole dès sa création et le reste aujourd’hui, eut droit à deux paternités successives et inspirées.

La Corvette a été créée une première fois par Harley Earl et son équipe en 1951. Présentée début 1953, sa production a commencé six mois plus tard et n’a jamais cessé depuis. Mais 1953, temps zéro de la Corvette, est aussi l’année où son second père est engagée chez General Motors. Il s’appelle Zora Arkus-Duntov et va marquer d’une emprunte puissante l’histoire du modèle et au-delà celle de GM.

La vie d’Arkus-Duntov est un roman. Jugez plutôt : né en 1909 en Belgique de parent juifs-russes (son père est ingénieur dans les mines), sa famille au début des années dix à Saint-Pétersbourg. Mais la révolution bolchévique les pousse à repartir vers l’Allemagne. La montée du nazisme rend cependant leur présence de plus en plus dangereuse. Arkus a le temps de finir ses études d’ingénieur avant de fuir vers la France. Il y travaille sur des moteurs diesel pour les camions Willème. Mais pour améliorer le maigre ordinaire, il devient passeur d’or entre Paris et Bruxelles à bord d’une Ford trafiquée par ses soins. Un peu d’argent dans les poches, ses yeux bleus et son charme d’aventurier font tomber dans ses bras une sublime danseuse des Folies Bergère qu’il épouse. Mais le voilà rattrapé en 1939 par la guerre. Avec son frère, il s’engage dans l’armée de l’air française. Survient la défaite et l’occupation. Son instinct le pousse à quitter l’Europe pour échapper au péril allemand. Il part pour l’Espagne, passe au Portugal, et de là s’embarque pour les États-Unis. Avec son frère, il y crée une société de mécanique pour l’automobile. Celle-ci fermée à la suite d’une faillite, Zora frappe à la porte de General Motors. Nous sommes en 1953. Le constructeur américain vient d’engager un brillant mais turbulent sujet. Zora a en effet une idée fixe : la course améliore l’espèce !

Passionné de sports mécaniques sur deux et quatre roues (il va gagner sa classe aux 24 Heures du Mans en 1954 et 1955 sur Porsche 550 RS officielle), infatigable chercheur de techniques innovantes, Zora va se battre toute sa carrière chez GM pour que la compétition soit au cœur de tous ses projets -une tâche compliquée au sein d’une entreprise réputée pour son conservatisme.

Ses empreintes chez Corvette dont il devient rapidement l’un des piliers, il les laisse partout où il passe. En particulier dans tous les secteurs où la performance est la clef. Entre autres faits d’arme, il met au point le système d’injection sur les modèles 1957, construit un prototype à moteur central arrière (CERV-1) pour démontrer les avantages de cette architecture qu’il souhaitait faire adopter (en vain). Il obtient cependant son bâton de maréchal quand, devenu ingénieur en chef de la marque, il dirige le projet qui deviendra la Corvette C2 Sting Ray. Arkus-Duntov atteint alors son objectif : créer une Corvette fiable à hautes performances, facile à développer pour courir. « A présent, je peux être fier de conduire une Corvette en Europe ! », lâcha-t-il devant son staff.

Zora Arkus-Duntov est décédé en 1996. Conformément à ses souhaits, il a été incinéré. Ses cendres ne sont pas dans la maison familiale : l’urne est conservée au Musée National Corvette…

 

POUR EN SAVOIR PLUS…

.Le site du musée national Corvette aux Etats Unis
.La fiche technique et les performances de la Chevrolet Corvette Stingray 1963
.L’histoire et l’essai de la Chevrolet Corvette Stingray 1963

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure