23 août 1959, circuit de Monsanto au Portugal. John Cooper exulte lorsque ses pilotes franchissent la ligne d’arrivée aux deux premières places. Le constructeur anglais trace sa route vers son premier titre mondial. Cela vaut bien une petite roulade ! (copyright archives AgrippA mediA /// archives BMW Classic)

23 août 1959, circuit de Monsanto au Portugal. John Cooper exulte lorsque ses pilotes franchissent la ligne d’arrivée aux deux premières places. Le constructeur anglais trace sa route vers son premier titre mondial. Cela vaut bien une petite roulade !
(copyright archives AgrippA mediA /// archives BMW Classic)

LA ROULADE DE JOHN COOPER

SURGIE DE NOS ARCHIVES ET DES MEILLEURES PHOTOTHÈQUES, UNE IMAGE EXCEPTIONNELLE RACONTE LES GRANDES HEURES DE L’AUTOMOBILE.
C'EST "TRÉSOR D'ARCHIVES".

AUJOURD’HUI, INSTANTANÉ D'UN DIRECTEUR D’ÉCURIE, JOHN COOPER, QUE LA VICTOIRE DE SES PILOTES REND FOU DE JOIE. SI HEUREUX QU’IL EN FAIT UNE ROULADE SUR LA LIGNE D’ARRIVÉE !

1959 est une saison de Formule 1 dont John Cooper attend beaucoup. Le constructeur britannique, qui fait depuis 1955 le pari des voitures de course à moteur arrière, a remporté son premier Grand Prix l’année précédente grâce à Stirling Moss en Argentine. En cette saison 1959, ses voitures roulent vite et elles sont désormais fiables. John Cooper commence à croire en sa bonne étoile. Son Graal, la couronne mondiale des constructeurs, est peut-être enfin à portée de mains…

Dès la première course de la saison, le Grand Prix de Monaco, ses pilotes prennent deux places sur le podium : premier Jack Brabham, troisième Maurice Trintignant. Au Grand Prix des Pays-Bas, la victoire échappe aux Cooper, mais pas les deuxième et troisième place que décrochent Jack Brabham et Masten Gregory. Au Grand Prix de France, seul Jack Brabham est sur le podium, à la troisième place. Pas de victoire, mais des avances confortées aussi bien aux championnats pilotes que constructeurs. Au Grand Prix de France qui suit, Brabham joue encore placé (troisième), mais il s’impose deux semaines plus tard en Grande Bretagne à Aintree. En Allemagne, les Cooper sont en retrait derrière les Ferrari qui réalisent un triplé. Aux championnats, Tony Brooks est revenu à 4 points de Jack Brabham et Ferrari à 5 points de Cooper.

John Cooper sait que les trois derniers Grand Prix -le Portugal (Monsanto), l’Italie (Monza) et les États-Unis (Sebring)- vont être déterminants.

Trois semaines plus tard sur le circuit de Monsanto, cette piste tracée dans le grand parc de la banlieue de Lisbonne, Stirling Moss réalise un festival au volant de sa Cooper T51 : pole position, record du tour et victoire. Lorsqu’il franchit la ligne d’arrivée, John Cooper est tellement heureux qu’il fait une roulade sur le bord de la piste ! Moss a été étincelant et termine avec un tour d’avance devant Masten Gregory, aux commandes d’une autre T51. Maurice Trintignant, sur la même monoplace, termine lui quatrième.
À Monza, Moss s’impose encore et Jack Brabham complète le tableau en montant sur la troisième marche derrière Phil Hill qui a réussi à intercaler sa Ferrari entre les deux Cooper. Sur la ligne d’arrivée, le boss refait sa roulade !

La saison s’achève en beauté au Grand Prix des États-Unis, le 12 décembre à Sebring, par un doublé Cooper. Victoire de Bruce McLaren devant Maurice Trintignant. Cooper exulte, il réalise une extraordinaire performance : champion du monde des Constructeurs, champion du monde des Pilotes avec Brabham.

Ce soir-là, combien de roulades ?

 

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure