24 heures après le départ, la Porsche 356 SL n°46 franchit la ligne à la 20e place du classement général, mais victorieuse de sa classe des moins de 1100 cm3. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Lucien-François Bernard)

24 heures après le départ, la Porsche 356 SL n°46 franchit la ligne à la 20e place du classement général, mais victorieuse de sa classe des moins de 1100 cm3.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Lucien-François Bernard)


24 Heures du Mans 1951. La course vient de débuter depuis quelques minutes. Pour la première fois, une Porsche était au départ. Elle sera aussi à l’arrivée. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)

24 Heures du Mans 1951. La course vient de débuter depuis quelques minutes. Pour la première fois, une Porsche était au départ. Elle sera aussi à l’arrivée.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)


Tout un symbole : six ans après la fin de la guerre, c’est un duo de pilote français (Auguste Veuillet et Edmond Mouche) qui offre à Porsche cette victoire de classe. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)

Tout un symbole : six ans après la fin de la guerre, c’est un duo de pilote français (Auguste Veuillet et Edmond Mouche) qui offre à Porsche cette victoire de classe.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)


La 356 SL (SL pour « Sport leicht » -sport légère-) a un moteur de petite cylindrée (1086 cm3) mais une coque très légère en aluminium pour un poids total de 640 kg. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)

La 356 SL (SL pour « Sport leicht » -sport légère-) a un moteur de petite cylindrée (1086 cm3) mais une coque très légère en aluminium pour un poids total de 640 kg.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)


Au printemps 1951, la marque avait célébré la construction de sa 500e voiture. Evénement que n’avait pas vécu Ferdinand Porsche, disparu le 30 janvier précédent. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)

Au printemps 1951, la marque avait célébré la construction de sa 500e voiture. Evénement que n’avait pas vécu Ferdinand Porsche, disparu le 30 janvier précédent.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)


Une 356 SL identique à celle du Mans 1951 a été reconstituée par Porsche. Elle est aujourd’hui exposée au musée de la marque à Stuttgart-Zuffenhausen. (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)

Une 356 SL identique à celle du Mans 1951 a été reconstituée par Porsche. Elle est aujourd’hui exposée au musée de la marque à Stuttgart-Zuffenhausen.
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Porsche AG)


24 HEURES DU MANS 1951 :
LA PREMIÈRE VICTOIRE DE PORSCHE

IL Y A SOIXANTE ANS, EN 1956, PORSCHE FÊTAIT LA SORTIE DE CHAÎNES DE SA 10000e VOITURE, CE QUI FAISAIT DE LA JEUNE MARQUE ALLEMANDE LE PREMIER CONSTRUCTEUR DE VOITURES DE SPORT AU MONDE -LOIN DEVANT MASERATI OU FERRARI. LA RANÇON D'UNE GLOIRE ACQUISE EN 1951 À L'OCCASION DE SA PREMIÈRE PARTICIPATION -VICTORIEUSE- AUX 24 HEURES DU MANS...

Cette photo du départ des 24 Heures du Mans 1951 (la deuxième de notre “carrousel”) est de piètre qualité, mais elle est historique : immortalisée ici devant la DB n°48 de René Bonnet et Elie Bayol et la 4CV n°54 de Jacques Lecat et Henri Senftleben, une drôle de petite voiture grise roule depuis quelques minutes sur la piste de la Sarthe. C’est une Porsche. Demain, dimanche, elle franchira la ligne d’arrivée à la 20e place de cette 19e édition de la plus célèbre course du monde. Certes loin des premiers (Peter Walker-Peter Whitehead sur Jaguar C) –à 57 tours très exactement- mais en tête de sa catégorie, celle des voitures de moins de 1100 cm3.

La Porsche 356 SL (pour « Sport Leicht », en français “sport légère”) va réaliser en ce dimanche 24 juin 1951 une performance emblématique. Pas seulement pour la marque, mais aussi pour le sport automobile allemand tout entier dont c’est le premier succès international depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Dans une Allemagne ravagée où l’on commence à peine à manger à sa faim, cette performance va avoir un incroyable retentissement. Porsche, qui avait fêté au printemps précédent la sortie de chaîne de sa 500e voiture, va en bénéficier directement et les cadences de production vont grimper de manière exponentielle : la 10000e Porsche sortira dès 1956 (par comparaison, Porsche a produit plus de 225 voitures en 2015…).

Au départ des 24 Heures du Mans 1951, Porsche alignait deux 356 SL : la n°46, confiée à l’importateur français de la marque Auguste Veuillet associé au Manceau Edmond Mouche, (châssis n°356/2-063, immatriculée AW 21 0729), et la n°47 pilotée par l’Allemand Rudolph Sauerwein et l’expérimenté pilote d’Endurance et de Grand Prix Robert Brunet (châssis n°356/2-054, immatriculée AW 21 0676) -sans un accident lors des essais, nul doute que cette n°47 aurait d’ailleurs été elle-aussi à l’arrivée !

Ces deux voitures étaient des 356 à coque aluminium, surnommées des « Gmünd Coupé » en raison de la commune autrichienne où les autorités Nazi avaient déménagé les ateliers de Porsche en 1944 quand les bombardements sur Stuttgart devenaient pluriquotidiens. L’usine de Gmünd resta active jusqu’en mars 1951, et c’est là que furent fabriquées les premières carrosseries de 356, y compris une série d’environ trente voitures en aluminium destinées à la compétition (les versions « normales » étaient en acier).

Un peu plus de vingt de ces « Gmünd Coupé » de compétition sont parvenus jusqu’à nous. Ils sont équipés d’un quatre cylindres à plat (un moteur dit “boxer”) refroidi par air de 1086 cm3 (alésage 64 mm, course 73,5 mm) délivrant environ 46 chevaux. Malgré cette modeste puissance, leur légèreté (640 kg) leur autorisait des vitesses de pointe supérieures à 160 km/h, complétée par une remarquable fiabilité. Le début d’une légende. Au Mans et ailleurs…

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure