Porsche vient chercher dans la Sarthe la 18e pole position de sont histoire aux 24 Heures du Mans. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)

Porsche vient chercher dans la Sarthe la 18e pole position de sont histoire aux 24 Heures du Mans.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)


Les deux Porsche 919 se sont classées dans l’ordre inverse de leur numéro, la n°2 devant la n°1. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)

Les deux Porsche 919 se sont classées dans l’ordre inverse de leur numéro, la n°2 devant la n°1.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)


Immédiatement derrière Porsche, Toyota et Audi n’ont peut-être pas hier soir donné le maximum. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)

Immédiatement derrière Porsche, Toyota et Audi n’ont peut-être pas hier soir donné le maximum.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)


Deux voitures, six pilotes, et en ligne de mire l’ambition d’une 18e victoire aux 24 Heures du Mans. Un record. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)

Deux voitures, six pilotes, et en ligne de mire l’ambition d’une 18e victoire aux 24 Heures du Mans. Un record.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)


Si la pluie ne vient pas perturber les essais de ce soir, la seconde séance qualificative devrait être somptueuse. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)

Si la pluie ne vient pas perturber les essais de ce soir, la seconde séance qualificative devrait être somptueuse.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Porsche AG)


24 Heures du Mans 2016
PORSCHE EN ROUTE POUR SA 18e POLE POSITION

DEUX PORSCHE EN TÊTE DU CLASSEMENT PROVISOIRE DES ESSAIS DES 84e 24 HEURES DU MANS. HIER SOIR LA MARQUE ALLEMANDE A CONFIRMÉ QUE SON SUCCÈS DE 2015 MARQUAIT LE DÉBUT D’UNE NOUVELLE ÈRE DANS LA SARTHE ; MAIS IL FAUDRA CONFIRMER CE SOIR…

Porsche a pris hier soir une solide option sur la pole position des 84e 24 Heures du Mans. Ce serait la 18e fois que la marque part en tête dans l’épreuve mancelle (un record). Le premier pas –certes tout petit- vers une nouvelle victoire après son succès de l’année dernière, le 17e au Mans.

Porsche et les 24 Heures du Mans, c’est une éternelle histoire d’amour. Il y a, entre la reine des épreuves d’Endurance et le plus célèbre constructeur sportif allemand, tous les ingrédients d’un perpétuel drame passionnel. Un livre ne suffirait pas à conter le roman de ce lien fusionnel entre les deux amants -l’épreuve et son concurrent, tissé à coups de victoires, de drames, de séparations, de retrouvailles, de rendez-vous manqués.

En se glissant pour la première fois en 1951 dans le lit des 24 Heures et en y revenant quasiment chaque année comme on revient partager les draps de son amante –presque…- nuit après nuit, Porsche a connu au bout de ses étreintes avec Le Mans le meilleur comme le pire. Aussi bien le sublime émoi de la victoire, l’amertume de l’acte manqué, le venin de la jalousie (endurée ou provoquée…), que le suprême affront de la porte close… Il y eu en effet quelques « je-t’aime-moi-non-plus ».

Recordman des engagements au Mans (779 voitures au départ depuis 1951), Porsche a parfois mal vécu certaines évolutions réglementaires qui ne collaient pas avec ses philosophies techniques. Se sentant rejeté, il limita alors sa présence à la fourniture de GT à ses clients. L’art d’être présent sans y être. Un abandon somme toute un peu voyeur.

Inversement, Porsche a parfois forcé la porte de la chambre. Ce fut le cas en 1994, lorsque l’ACO décida de favoriser règlementairement les Grand Tourisme au détriment des Sport Prototype. Par la grâce d’une homologation en GT surréaliste –mais légale- une Porsche 962 « de route » survola l’épreuve.

Brouilles, embrouilles, rapports tendus, les éloignement provoqués ou logiques n’ont jamais duré. Ces deux là ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. Et quand le règlement n’évoluait pas ou pas assez vite dans le sens souhaité, Porsche a accepté les nouvelles exigences et s’est patiemment préparé pour reconquérir le lit de celle qu’il aimait. Que ne ferait-on pas à Zuffenhausen (le siège de Porsche dans la banlieue de Stuttgart) pour vivre une fois de plus 24 Heures d’amour absolu ?

Le résultat ? Un palmarès unique 17 pole positions, 17 victoires, 18 deuxièmes places. Si c’est pas de l’amour, qu’est-ce que c’est ?

 

 

LE PODIUM DES ESSAIS D’HIER SOIR (1ère soirée de qualification)

1. Porsche 919 Hybrid n°2 (Romain DUMAS, Neel JANI, Marc LIEB) 3’19’’733/1000e

2. Porsche 919 Hybrid n°1 (Timo BERNHARD, Mark WEBBER, Brendon HARTLEY) 3’20’’203

3. Toyota TS050 Hybrid n°6 (Stéphane SARRAZIN, Michael CONWAY, Kamui KOBAYASHI) 3’20’’737

 

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

 

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure