Pour les familles et les loisirs, la Fiat 500 Giardiniera vitrée. Le mini monospace ! (copyright archives AgrippA-mediA / archives FCG)

Pour les familles et les loisirs, la Fiat 500 Giardiniera vitrée. Le mini monospace !
(copyright archives AgrippA-mediA / archives FCG)


Pour les professionnels, la Fiat 500 Giardiniera tôlée. Logeable, increvable. (copyright archives AgrippA-mediA)

Pour les professionnels, la Fiat 500 Giardiniera tôlée. Logeable, increvable.
(copyright archives AgrippA-mediA / archives FCG)


Un catalogue publicitaire hollandais au début des années soixante. (copyright archives AgrippA-mediA)

Un catalogue publicitaire hollandais au début des années soixante.
(copyright archives AgrippA-mediA)


FIAT 500 :
AIMEZ-LA EN BREAK !

DE TOUTES LES VERSIONS DE LA FIAT 500, LA PLUS SINGULIÈRE -ET L'UNE DES PLUS RARES- EST LE BREAK GIARDINIERA. POUR 21 CM DE PLUS QUE LE "POT DE YAOURT", IL OFFRE QUATRE BONNES PLACES ET UN GRAND COFFRE. NORMAL QU’IL AIT SÉDUIT LES FAMILLES NOMBREUSES ET LES PROFESSIONNELS ! ET VOUS ?

La Fiat Nuova 500, qui fête en ce mois de juillet son 58e anniversaire, a une bouille reconnaissable entre toutes. Et pour cause : de son lancement en 1957 à l’arrêt de sa production en 1975, diffusée à plus de 4 millions d’exemplaires, elle n’a jamais changé d’apparence. Fiat, dont la recette du succès tenait à un excellent rapport qualité/prix et donc à des coûts de productions millimétriquement contrôlés, ne s’est jamais écarté de son cahier des charges, garant de ses étroites marges bénéficiaires. Le constructeur de Turin va faire cependant une entorse à cette règle, une seule, et créer une version dérivée de la 500 : le break. Une voiture grâce à laquelle le constructeur –de son propre aveux- ne gagna pas d’argent, mais qu’il se devait de fournir aux Italiens. Autant pour répondre à leur besoin… que pour éviter qu’il aillent s’équiper chez d’autres constructeurs !

Le modèle est baptisé Giardiniera. Sa présentation par Fiat vient combler un gros trou au sein de la gamme. L’arrêt à la fin de l’année 1955 de la production des breaks réalisés sur la base de la 500 « Topolino » -les Furgoncino (fourgonnette à deux places utilitaire tôlée) et Giardiniera Belvedere (break quatre places à toit ouvrant parfois habillé de bois)- a privé une partie de la clientèle italienne d’un de ses véhicules préférés : le mini-break. Lancé en 1956, le Fiat 600 Multipla, d’une catégorie supérieure, ne leur a succédé ni dans le cœur, ni dans le portefeuille des clients.

Toujours à l’écoute des consommateurs, Dante Giacosa, père de la 500 « Topolino » comme de la « Nuova » 500, convainc donc sa direction de lancer une Nuova 500 break. Problème : la transformation qui avait été possible sur la Topolino dotée d’un moteur avant, est compliquée sur la Nuova équipée d’un moteur à l’arrière, de surcroît implanté verticalement. Une architecture qui rend difficile l’accessibilité à un espace de chargement par un haillon ou une porte, solution retenue sur la Topolino. Il faut donc repenser l’auto.

Par souci d’économies, Giacosa veut évidemment utiliser le maximum d’organe de la Nuova 500. La plus simple des solutions consiste à basculer le moteur à l’horizontale afin de le loger sous le plancher arrière. Une configuration qui impose de revoir l’alimentation, le refroidissement et la transmission. C’est chose faite dès l’automne 1959 et la voiture est lancée au printemps 1960.

Les ingénieurs ont adopté des options simples, pragmatiques, garantes d’efficacité et de fiabilité. Le moteur retenu est celui, dérivé de la 500 Sport, qui va équiper la 500 D (499,5 cm3, 17,5 chevaux). L’alimentation en air est assurée par des ouïes percées dans les montants supérieurs des ailes arrière, protégées par des grilles, des conduits verticaux descendant jusqu’au bloc. Ainsi construite, la Giardiniera peut accueillir quatre passagers et 40 kilos de bagages. Elle va rencontrer un joli succès, dans sa version quatre places vitrée ou deux places tôlée, jusqu’à l’arrêt de sa production fin 1967. La fabrication continuera cependant, reprise par Autobianchi qui proposait son propre break, développé sur la base de la 500 Giardiniera (mais avec des portes ouvrant dans le bon sens) et qui avait été baptisé, suivant sa configuration, Panoramica (quatre passager, vitré), ou Furgoncino (utilitaire tôlé).

 

VOUS AVEZ UNE FIAT 500 ?
ASSUREZ LA AVEC AON CLASSIC CAR,
LE SPÉCIALISTE DE L’ASSURANCE VOITURE DE COLLECTION !

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

.Le portrait de Dante Giacosa, le concepteur de la Fiat 500

.L’histoire de la Fiat 500 (1e partie)

.L’histoire de la Fiat 500 (2e partie)

.L’histoire de la Fiat 500 (3e partie)

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collection , assurance voiture d’exception ,
assistance voiture de collection , assistance voitures d’exception .
Renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure