En 1968 apparaît la Fiat Nuova 500 L. "L" pour "Lusso" (luxe). Des chromes, des pare-chocs, une jauge à essence, l’opulence ! Et, à la clef, des records de ventes partout en Europe  (copyright archives AgrippA-mediA /// Fonds Montén)

En 1968 apparaît la Fiat Nuova 500 L. "L" pour "Lusso" (luxe). Des chromes, des pare-chocs, une jauge à essence, l’opulence ! Et, à la clef, des records de ventes partout en Europe
(copyright archives AgrippA-mediA /// Fonds Montén)

FIAT 500
LA PLUS GRANDE PETITE VOITURE DU MONDE (3/3)

PRÈS DE QUATRE MILLIONS D'EXEMPLAIRES PRODUITS ENTRE 1957 ET 1975 ET PAS LOIN DE QUATRE-VINGTS VARIANTES ! LES FIAT 500 NE SONT PAS RARES, MAIS LEUR COTE GRIMPE. APPRENEZ À LES RECONNAÎTRE ET POURQUOI PAS À CHOISIR LA VÔTRE POUR CET ÉTÉ VIVRE À L'ITALIENNE !

 

On pourrait croire que de 1957 à 1975, la Fiat Nuova 500 ne change guère. Hormis les versions break, cabriolet et les carrosseries spéciales œuvres d’artisans ou d’industriels privés, elle conserve les mêmes caractéristiques générales. Du moins à première vue.

En réalité, les registres du constructeur identifient près de quatre-vingts versions de la Nuova, qui changent en fonction des années, au gré des évolutions moteurs, retouches intérieures, et des marchés auxquels elles sont destinées ! Chaque millésime est donc différent –et à l’intérieur d’une même année de production, il existe souvent plusieurs variantes. Pour ses acheteurs d’hier et ses amoureux d’aujourd’hui, de subtils détails qui font toute la différence.

Carrosseries, moteurs, équipements, embellissements, Fiat a déployé des trésors d’ingéniosité pour que jamais le client ne se lasse de sa « bubble car », comme la surnommaient les Britanniques, et que le réseau commercial puisse constamment renouveler son discours. La recette était bonne puisqu’elle a tenu pendant dix-neuf ans, souvent en tête du palmarès des ventes en Italie ! Elle aurait sans doute duré plus longtemps si la direction n’avait pas décidé qu’il lui fallait une remplaçante –la 126- qui ne l’a d’ailleurs jamais succédé dans le cœur des Italiens. Lisez ce qui suit et vous serez un incollable « pot-de-yaourtologue » !

 

CHAPITRE 3/3 : DE LA NUOVA 500 “L”  À LA NUOVA 500 “R”

 

SEPTEMBRE 1968
FIAT NUOVA 500 L
La Grande Petite Luxueuse

943 a FEFIAT500 Fiat500 Pub Jaune Couple Balcon ROGNEE BDDepuis le lancement de la 500 F début 1965, il n’y a plus qu’un seul modèle au catalogue. Mais la clientèle commencent à être différente de celle qui a acheté la voiture à son lancement en 1957. Le pouvoir d’achat des Italiens a augmenté. Désormais, la Nuova est devenue la seconde voiture des familles, souvent dévolue à Madame. Pour satisfaire cette clientèle plus haute en gamme, les vendeurs jouent sur les équipements optionnels, les couleurs de carrosserie. Mais peinent à convaincre face à une concurrence étrangère, notamment anglaise et française qui, après avoir satisfait son propre marché, s’attaque maintenant à l’Italie. Le département marketing de Fiat décide donc de mettre au catalogue la 500 L. L, pour lusso (luxe).
Pour ne pas perturber les chaînes de fabrication, pas question de toucher à l’architecture. De toute façon, la voiture est maintenant à maturité et, mécaniquement, donne toute satisfaction. Il faut simplement la rendre plus cossue afin qu’elle séduise des acheteurs à la recherche d’un modèle plus valorisant. La 500 L est donc une 500 F qui s’est fait une beauté. Les deux vont d’ailleurs être proposées côte à côte au catalogue.
Extérieurement, la L reçoit deux pare-chocs additionnels (plus décoratifs qu’efficaces) ; d’un seul morceau à l’avant, séparés en deux modules à l’arrière. Ainsi, la Nuova 500 grandit et passe de 2970 à 3025 mm de longueur hors-tout ! Autres éléments décoratifs : des baguettes en plastique métallisé courent le long des gouttières de part et d’autres du toit, et ceignent également le pare-brise et la lunette arrière ; tandis que de nouveaux enjoliveurs, plus visibles, viennent mettre les roues en valeur.
Intérieurement, c’est le grand coup de neuf. Le tableau de bord en tôle embouti un peu triste de la F est abandonné au profit d’une version habillée de plastique noir inspirée de la nouvelle Fiat 850. Un grand cadran rectangulaire accueille un compteur de vitesse très lisible (optimistement gradué jusqu’à 130 km/h…) et, pour la première fois (luxe suprême), conductrices et conducteurs ont droit à une jauge à essence. Plus besoin de lever le capot avant, de dévisser le bouchon du petit réservoir et de glisser une baguette graduée pour évaluer la quantité encore disponible ! Un grand volant à branches métalliques, des moquettes, des vide-poches et des sièges à dossier réglable complètent cet embourgeoisement et justifient que le capot arrière soit fièrement frappé d’un « L ».
Le repositionnement est réussi : en quelques mois les 500 L représentent les deux tiers des ventes et les commandent ne cessent d’augmenter (la cadence de production a atteint les 1000 exemplaires/jour en 1967, le double de ce que Fiat voulait au lancement de la voiture).
LA FIAT NUOVA 500 L D’UN COUP D’ŒIL :

037 FEFIAT500 Fiat500 Pub Fiat500DeLuxe 1968 1968 1972 FHA159 500 BD

Châssis : Tipo 110-L.000
Moteur : Tipo 110-F.000
Cylindrée : 499,5 cm3
Puissance : 18 ch
Vitesse : 95 km/h environ

 

 

 

 

 

 

 

NOVEMBRE 1972
FIAT NUOVA 500 R
La 126 en robe de 500

039 a FEFIAT500 Fiat500R 1972 1975 Rouge 500 R 1972 1975 BDMalgré le succès de la Nuova 500, il est décidé de lui imaginer une remplaçante avant que ne commence la période de désamour qui marque toujours le début d’une baisse irrémédiable des ventes d’un modèle. Au Salon de l’Automobile de Turin 1972, Fiat présente côte à côte sur son stand la nouvelle 126, et l’ultime version de la Nuova 500, la 500 R.
Les deux voitures sont de vraies-fausses jumelles. La 126 a hérité du châssis et du moteur de la 500. Mais le bloc a été retravaillé pour passer de 499,5 à 594 cm3 et délivre maintenant 23 ch. La carrosserie est, elle, totalement nouvelle. Son design est anguleux et veut faire oublier les rondeurs de la 500.
A côté d’elle sous les projecteurs turinois, l’ultime 500, baptisée R pour Rinnovata (rénovée/renouvelée) a récupéré ce moteur dopé… mais dans une version dégonflée à 18 ch –il ne fallait pas faire d’ombre à sa nouvelle demi-sœur…
La R affiche cependant un bel air canaille avec ses jantes en tôle galvanisée dépourvues d’enjoliveurs (celles de la 126), et l’absence de tout ornement chromé. Son équipement est également en retrait par rapport à la L. Des allures d’Abarth échappée des circuits qui ne sera pas pour déplaire à une clientèle qui continuera à l’acheter par dizaines de milliers d’exemplaires jusqu’à l’arrêt de la production en août 1975.
LA FIAT NUOVA 500 R D’UN COUP D’ŒIL :

944 a FEFIAT500 Fiat500 Pub Rose FemmeJaune Venise ROGNEE BDChâssis : Tipo 110-F.II
Moteur : Tipo 126-A5.000
Cylindrée : 499,5 cm3
Puissance : 18 ch
Vitesse : 100 km/h environ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LISEZ AUSSI :

 

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure