Le « Junior Team Sauber-Mercedes » 1990. Les trois meilleurs pilotes de monoplace du championnat d’Allemagne de Formule 3. De gauche à droite : Karl Wendlinger, Heinz-Harald Frentzen, Michael Schumacher. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Daimler AG)

Le « Junior Team Sauber-Mercedes » 1990. Les trois meilleurs pilotes de monoplace du championnat d’Allemagne de Formule 3. De gauche à droite : Karl Wendlinger, Heinz-Harald Frentzen, Michael Schumacher.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Daimler AG)

LES JUNIORS ET SCHUMACHER,
EN PISTE !

MICHAEL SCHUMACHER EST LE PILOTE DE FORMULE 1 LE PLUS TITRÉ DE TOUS LES TEMPS : 68 POLE POSITIONS, 91 VICTOIRES, 7 COURONNES MONDIALES. IL SE BAT AUJOURD'HUI POUR LA VIE. FLASH-BACK SUR TROIS SOURIRES, DONT LE SIEN, À L'ÉPOQUE DU "JUNIOR TEAM MERCEDES".

Il avait belle allure ce Junior Team Mercedes 1990. Son responsable, Jochen Neerpasch, qui ne riait pas souvent, avait l’air pour une fois assez content. Face à la presse, trois garçons dans leurs combinaisons grises mal ajustées souriaient à ses côtés. Du plus grand au plus petit : un Autrichien, Karl Wendlinger, et deux Allemands, Heinz-Harald Frentzen et Michael Schumacher.

Une brochette assez disparate, de la taille autant que du caractère : Wendlinger, si timide qu’on pouvait le croire taciturne, Frentzen indolent, gentiment fanfaron, Schumacher, toujours souriant, poli et disponible. Un seul point commun, le seul qui comptait : le coup de volant. Pour occuper les baquets des Sauber-Mercedes engagées en championnat du monde de Sport Prototype, Neerpasch avait choisi les trois meilleurs pilotes des championnats de promotion allemands du moment.

 

QUAND LE PLUS DOUÉ D’ALORS N’EST PAS CELUI QU’ON PENSE…

 

Wendlinger est la star de l’équipe. A 21 ans, il a déjà été champion de F3 d’Autriche en 1988 et d’Allemagne en 1989. Deux ans plus âgé que lui, Frentzen a, quant à lui, remporté le championnat d’Allemagne de Formule Opel en 1988 et terminé deuxième du championnat d’Allemagne de F3 en 1989. Schumacher, 21 ans, est le moins titré des trois mais il est le plus jeune dans la carrière : kartman depuis qu’il a quatre ans, il a débuté en monoplace seulement en 1988. Sixième du championnat d’Allemagne de Formule Ford cette année-là, il a fini deuxième du championnat d’Europe la même saison, et s’est imposé en championnat d’Allemagne de Formule König. Engagé en F3 dans le championnat d’Allemagne 1989, il a terminé derrière Wendlinger, deuxième ex-aequo avec Frentzen.

La suite ? Vous la connaissez.

Dès 1990, cornaqués au volant des Sauber-Mercedes par deux « anciens », le Français Jean-Louis Schlesser et l’Allemand Jochen Mass, les trois petits génies montent sur le podium. En 1991 Wendlinger et Schumacher, qui partagent la même voiture, roulent souvent devant, montent sur le podium, gagnent la dernière épreuve de la saison. En 1992, Neerpasch récompensent ses poulains en leur offrant des sièges en F1 -qu’ils occupent pour certains dès 1991.

 

DES CARRIÈRES CONDITIONNÉES PAR LEURS PREMIÈRES ÉCURIES…

 

Wendlinger est placé chez March –hélas l’écurie a accouché d’une mauvaise voiture et il gâchera son énorme potentiel, incapable de s’exprimer au volant d’une monoplace ratée dans laquelle il ne peut même pas installer sa grande carcasse. Il trouve refuge chez Sauber en 1993. Après un grave accident lors des essais du Grand Prix de Monaco 1994, il va tenter, sans y parvenir, un retour en en 1995.

Neerpasch sera mieux inspiré avec Schumacher : pour le Grand Prix de Belgique 1991, il le place chez Jordan privé de Bertrand Gachot emprisonné en Grande Bretagne, puis la saison suivante chez Benetton qui mettra son talent sur orbite. En route pour sept titres, dont 5 décroché avec Ferrari de 2000 à 2004.

Frentzen devra, lui, attendre 1994 et l’arrivée de Sauber en Grand Prix pour faire ses débuts. Dix saisons durant, passant par Williams, Jordan, Prost, avant de revenir chez Sauber, il va monter dix-huit fois sur le podium, dont trois fois sur la plus haute marche.

Karl Wendlinger court toujours, un peu en GT, un peu dans les compétitions historiques. Heinz-Harald Frentzen a raccroché son casque fin 2014 et se consacré désormais à des projets de développement durable. Michael Schumacher tente, lui, de se remettre de très graves blessures cérébrales consécutives à l’accident de ski dont il a été victime à Méribel le 29 décembre 2013. Très handicapé, les médecins ne se prononcent pas sur sa capacité à mener un jour à nouveau une vie normale. Reste trois sourires d’une époque enfuie.

 

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure