Roger Moore, en pose très « play boy », lors du tournage en 1970. Il avait lui-même exprimé le désir de voir son personnage conduire une Aston Martin DBS (copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)

Roger Moore, en pose très « play boy », lors du tournage en 1970. Il avait lui-même exprimé le désir de voir son personnage conduire une Aston Martin DBS
(copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)


L’immatriculation réelle de l’Aston Martin DBS dévoilée lors d’un épisode alors que la production avait oublié d’installer la plaque « BS1 » (copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)

L’immatriculation réelle de l’Aston Martin DBS dévoilée lors d’un épisode alors que la production avait oublié d’installer la plaque « BS1 »
(copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)


Cette Aston Martin DBS très historique est en état concours, restaurée par l’usine Aston Martin entre 1995 et 1997, et ayant couvert depuis très peu de kilomètres (copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)

Cette Aston Martin DBS très historique est en état concours, restaurée par l’usine Aston Martin entre 1995 et 1997, et ayant couvert depuis très peu de kilomètres
(copyright archives AgrippA-mediA///archives Bonhams)


ROGER MOORE :
UNE ASTON MARTIN AMICALEMENT SIENNE

EN 1971 ROGER MOORE, QUI N’EST PAS ENCORE LE 3e JAMES BOND, TIENT LE RÔLE D’UN LORD BRITANNIQUE, PLAY-BOY ET DÉTECTIVE, DANS LA SÉRIE TÉLÉ « THE PERSUADERS » -EN FRANÇAIS, « AMICALEMENT VÔTRE », DONT IL PARTAGE LA VEDETTE AVEC TONY CURTIS. LA SÉRIE VA DEVENIR CULTE, LES ACTEURS ENCORE PLUS. QUANT À LEUR MONTURES, ELLES DEVIENNENT MYTHIQUES : UNE DINO 246GT POUR CURTIS ET, SURTOUT, UNE ASTON MARTIN DBS POUR MOORE…

Certaines œuvres n’ont pas de succès quand on l’attend, ni où on l’attend. Elles se rattrapent avec le temps et l’espace. Le mépris s’oublie, la qualité reste : les répliques des « Tontons Flingueurs », film boudé par la critique à sa sortie, s’apprennent désormais par cœur, « Rocky » et « Rambo » font aujourd’hui l’objet de rétrospectives très intellectuelles dans les cinémathèques et « Mad Max » a droit à la couverture des revues les plus élitistes. « Va comprendre, Charles… »

Les séries télé ont droit au même glorieux illogisme. Causes multiples dont on ne dressera pas de liste exhaustive : distance entre l’histoire et les téléspectateurs, décalage entre les héros et leur époque, inadéquation entre la longueur de leurs cheveux et celle des idées en cours dans la société…

En Grande Bretagne, la série qui nous intéresse s’appelait « The Persuaders » et ne rencontra jamais son public. En France, sous le nom « Amicalement Vôtre » elle fit immédiatement un triomphe.

Le duo d’aventuriers-justiciers Tony Curtis-Roger Moore qui ne s’appréciait guère à la ville (ils l’avouaient eux-mêmes…), enregistre dans l’Hexagone des records de popularité dès sa première diffusion à partir d’octobre 1972. Chez les adolescents qui ne manquent pas le rendez-vous –souvent en noir et blanc, les postes couleurs sont encore rares, on choisit son camp : on est, soit Danny Wilde, un gosse des rues de New York devenu milliardaire du pétrole et roulant en Dino 246GT (incarné par Tony Curtis), soit Lord Brett Sinclair, un aristocrate britannique à la fortune séculaire, flegmatique et dévoyé juste ce qu’il faut, à qui Wilde donne du « Ta Majesté » très ironique, conducteur d’une Aston Martin DBS (joué par Roger Moore). Les deux héros partageant le même goût immodéré pour les bagarres, le champagne et les pin-up.

Pourquoi ce que les Anglais avaient accueilli avec désintérêt les Français en font-ils un triomphe ? Nul ne le sait. Le cocktail Curtis+Moore, Ferrari+Aston additionné d’une musique de John Barry fonctionne tout simplement mieux ce côté-ci de la Manche. Tony Curtis s’en étonne lui-même. Mais un jour de passage à Paris, l’acteur américain a la révélation en regardant un épisode dans sa chambre d’hôtel : « J’ai compris : je suis meilleur en français ! », lâche-t-il. Il exigea dès cet instant, pour les versions françaises des films et séries dans lesquels il apparaissait, d’être toujours doublé par l’acteur Michel Roux dont il préférait la voix à la sienne. Une clause qui figura dès lors dans tous ses contrats !

Au moins autant que les deux acteurs principaux, leurs voitures tiennent un rôle majeur dans la série. C’est là la marque du producteur et réalisateur du feuilleton, le Britannique Robert Baker. Baker avait, entre autres, mis en images la série « The Saint » à partir de 1962. Roger Moore-Simon « Le Saint » Templar y joue le rôle principal au volant de la jolie Volvo P1800 qui acquerra ainsi une notoriété mondiale (Jaguar avait refusé que Le Saint roule en Jaguar Type E). Un preux chevalier, une belle voiture, une intrigue mettant généralement en scène une jolie jeune femme qui tombe dans les bras du sauveur une fois l’aventure terminée, tout cela sent James Bond à plein nez. La recette sera aussi celle d’« The Persuaders » – « Amicalement Vôtre ». Les deux héros s’y voient attribuer des autos conformes à leur standing : un rien voyou-voyant pour Tony Curtis avec la Dino 246GT –un côté « New York-Little Italy », sportif-élégant pour Roger Moore qui hérite d’une Aston Martin DBS –noblesse oblige. Les marques vont, elles, mettre la main à la poche pour ce « placement produit ».

Pour gagner en agressivité dans la série, la DBS six cylindres est spécialement parée des atours de la DBS V8 (capot moteur et jantes). Pas de teinte « British Racing Green » en revanche pour la carrosserie, mais un jaune-orangé (référence Aston Martin « Bahama Yellow »). Cette DBS, certainement la plus célèbre de tous les exemplaires produits (châssis n°DBS/5636/R, moteur 400/4665/S), a été totalement restaurée par l’usine Aston Martin entre 1995 et 1997 avant de changer de mains en mai 2014 pour un prix (taxes et frais compris) de 659.130 euros sous le marteau de Bonhams. Soit au bas mot cinq à six fois ce que l’on payait alors une Aston Martin DBS « normale » en état concours. Amicalement Vôtre avait fini par changer l’acier et l’aluminium en or…

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure