L'une des très rares photos de Ferdinando Minoia, premier champion du monde de Formule 1, avant que la discipline n’en prenne le nom. L'archétype du pilote talentueux et polyvalent : pendant 20 ans, il a gagné sur tous les terrains, sur routes comme sur circuits. Il est aujourd'hui quasi oublié. (photo copyright archives AgrippA mediA /// Fonds Montén)

L'une des très rares photos de Ferdinando Minoia, premier champion du monde de Formule 1, avant que la discipline n’en prenne le nom. L'archétype du pilote talentueux et polyvalent : pendant 20 ans, il a gagné sur tous les terrains, sur routes comme sur circuits. Il est aujourd'hui quasi oublié.
(photo copyright archives AgrippA mediA /// Fonds Montén)

FERDINANDO MINOIA,
LE CHAMPION DU MONDE OUBLIÉ

LE SPORT AUTOMOBILE A SACRÉ SES PREMIERS CHAMPIONS DU MONDE BIEN AVANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE. ET CERTAINS AUTRES LONGTEMPS APRÈS. MAIS ILS N'EN AVAIENT PAS TOUJOURS LE TITRE... PETIT SUJET POUR REDORER LE BLASON D'UN HÉROS OUBLIÉS : FERDINANDO MINOIA.

Devinettes pour connoisseurs et autres érudits de l’automobile : à votre avis, qui a été le premier pilote à décrocher un titre international en Grand Prix ? Et qui fut le premier champion du monde des Rallyes ? On croit savoir et à force de croire s’allonge la liste des champions oubliés… Ainsi, il y eut des champions internationaux couronnés pour leurs performances en Grand Prix bien avant la Seconde Guerre mondiale ; bien avant la « nouvelle ère » des Grand Prix qui a débuté en 1950. Le premier d’entre eux, honoré par la Commission Sportive Internationale dans le premier championnat créé, fut un glorieux italien : Ferdinando Minoia. « Nando » Minoia décroche en 1931 le titre de « champion d’Europe des Pilotes », grâce à ses résultats au volant d’une Alfa Romeo officielle, devant un autre italien, Giuseppe Campari.

Ses successeurs en 1932, puis en 1935 (il n’y eut pas de championnat en 1933 et 1934) furent respectivement Tazio Nuvolari et Rudolf Caracciola. Le championnat du monde de Formule 1 (créé en 1950 sur les bases de ce « championnat d’Europe des Pilotes » qui n’avait pas survécu à la guerre) ne couronna pas pour sa première édition, comme on le croit souvent, Juan Manuel Fangio (remarquez, on ne prête qu’aux riches…) mais un pilote que l’Argentin respectait beaucoup : l’Italien Giuseppe « Nino » Farina –le Docteur Farina, puisque ce pilote admirable avait passé sa thèse de Science Politique sous la pression d’un père carrossier (frère d’un autre frappeur de tôle, Gian Battista « Pinin » Farina) qui voulait que son fils ait un vrai métier… Et, passant de la piste à la route (ce que faisaient tous les pilotes de cette époque-là), si nous nous penchions sur les Rallyes ? Le premier des champions du monde de la spécialité ? Il n’en avait pas le titre ! Les épreuves sur routes ont en effet mis du temps à se doter de trophées annuels. Si le « Championnat International des Marques » est créé en 1970, il ne prend le titre de championnat du monde qu’en 1973 –et, comme son nom l’indique, réserve ses honneurs aux constructeurs. Les hommes qui conduisent ces voitures doivent attendre 1977 pour se voir attribuer un premier accessit (la « Coupe FIA des pilotes », décernée à Sandro Munari) qui devient enfin le championnat du monde des Conducteurs en 1979, sacrant un pilote suédois qui nous a quittés, Björn Waldegård. Minola, Caracciola, Farina, Waldegård, les grands aînés de Prost, Schumacher, Kankkunen et Loeb. Champions du monde d’avant hier dont les exploits méritent d’être ravivés.

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception

renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure