Issue du concept "Stratos Zero" de Bertone, voici la Lancia Stratos HF telle qu'elle est présentée en 1971. Le choc visuel est énorme. Mais il n'est rien comparé au choc sportif ! (copyright archives AgrippA-mediA /// archivio storico Bertone)

Issue du concept "Stratos Zero" de Bertone, voici la Lancia Stratos HF telle qu'elle est présentée en 1971. Le choc visuel est énorme. Mais il n'est rien comparé au choc sportif !
(copyright archives AgrippA-mediA /// archivio storico Bertone)


Même Walter Röhrl succomba aux charmes de la Statos, remportant pour l’écurie Pirelli de belles victoires dans le championnat allemand (ici à l’Hunsrück-Rally en 1978 copiloté par Christian Geistdörfer). (copyright archives AgrippA-mediA /// archives Fiat Auto Groupe)

Même Walter Röhrl succomba aux charmes de la Statos, remportant pour l’écurie Pirelli de belles victoires dans le championnat allemand (ici à l’Hunsrück-Rally en 1978 copiloté par Christian Geistdörfer).
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives Fiat Auto Groupe)


LANCIA STRATOS :
100 VICTOIRES ET QUELQUES LÉGENDES

DE TOUTES LES VOITURES NÉES DANS LES ANNÉES 70, LA STRATOS EST L'UNE DE CELLES QUI FASCINENT LE PLUS LES COLLECTIONNEURS. ET POUR CAUSE : SA PRODUCTION EST ENTOURÉE DE MYSTÈRES, ON LA VIT PLUS SOUVENT ÉVOLUER SUR LES SPÉCIALES DU CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES QUE SUR DES ROUTES "CIVILES" -D'AILLEURS SON PALMARÈS EST UNIQUE DANS L’HISTOIRE DU SPORT AUTOMOBILE : PLUS DE CENT VICTOIRES MAJEURES EN DIX ANS DE CARRIÈRE, DE 1973 À 1982. SI VOUS LE POUVEZ, FAITES-LUI UNE PLACE DANS VOTRE COLLECTION. MAINTENANT. IL EST PRESQUE DÉJÀ TROP TARD...

Une voiture conçue pour la course et échouée sur la route parce que le règlement l’y contraignait. Voilà résumées les raisons de l’existence de la version civile de la Lancia Stratos, la “Stradale”. En réalité, si elle n’y avait pas été obligée, Lancia n’en aurait jamais produit autant d’exemplaires. Seules les versions engagées en compétition avaient en effet une raison d’être. Les autres voitures étaient fabriquées –quand/si elles l’étaient vraiment…- pour satisfaire aux visites des contrôleurs de la Fédération Internationale du Sport Automobile (ce qui explique la grande disparité dans les estimations de production, on ne sait combien furent fabriquées !).

Lancia ne proposait pas la Stratos à la clientèle sur son catalogue commercial. Elle était destinée aux pilotes. La marque italienne s’en servait plus comme d’un argument marketing. En France, la voiture n’était carrément pas importée. Selon les estimations du Lancia Heritage France, André Chardonnet (alors représentant de la marque en France) a fait entrer dans l’Hexagone tout au plus une dizaine de Stratos, toutes versions confondues. Et la dernière a mis longtemps à quitter son hall d’exposition comme nous le racontait il y a peu son heureux propriétaire.

Dans les années soixante-dix, la voiture occupe exclusivement  la rubrique “sport automobile” des magazines. L’architecture du modèle, même en version Stradale, le rend quasiment impropre à toute utilisation civile. Son comportement très singulier en réserve l’utilisation aux pilotes professionnels –les amateurs qui s’y essayent ne parviennent pas à rouler vite à son volant… ou se font peur ! C’est un outil de compétition, exigeant, difficile à régler, qui ne pardonne rien aux timorés et aux maladroits. Rien d’autre. Mais quel outil ! La carrière à succès de la Stratos va durer dix ans (un exemple unique).

Retour sur cette décennie quasiment sans partage par le menu des
plus belles victoires de la Lancia Stratos :

  • 1973 :

Rallye Firestone (SP) : Munari/Mannucci
Tour de France Auto (F) : Munari/Mannucci

  • 1974 :

Targa Florio (I) : Larousse/Ballestrieri
Rallye de San Remo (I) : Munari/Mannucci
Giro d’Italia (I) : Andruet/”Biche”
Tour de Corse (F) : Andruet/”Biche”
.Lancia champion du Monde des Rallyes « Constructeurs »

  • 1975 :

Rallye de Monte-Carlo (MC) : Munari/Mannucci
Rallye de Suède (S) : Waldegaard/Thorszelius
Tour de France (F) : Darniche/Mahe
Rallye de San Remo (I) : Waldegaard/Thorszelius
Tour de Corse (F) : Darniche/Mahe
.Lancia champion du Monde des Rallyes « Constructeurs »

  • 1976 :

Rallye de Monte-Carlo (MC) : Munari/Maïga
Rallye du Portugal (P) : Munari/Maïga
Rallye du Maroc (M) : Munari/Maïga
Rallye de Pologne (PL) : Jaroszwiz/Zyskowsky
Rallye de San Remo (I) : Waldegaard / Thorszelius
Tour de Corse (F) : Munari/Maïga
.Lancia champion du Monde des Rallyes « Constructeurs »
.Bernard Darniche champion de France et d’Europe des Rallyes

  • 1977 :

Rallye de Monte-Carlo (MC) : Munari/Maïga
24 Heures d’Ypres (B) : Darniche/Mahe
Rallye de Pologne (PL) : Darniche/Mahe
Tour de France (F) : Darniche/Mahe
.Lancia champion d’Europe des Rallyes « Constructeurs »
.Alessandro “Sandro” Munari champion du Monde des Rallyes « Conducteurs »
.Bernard Darniche champion d’Europe des Rallyes

  • 1978 :

Targa Florio (I) : Carello/Perissinot
Rallye de San Remo (I) : Alen/Kivimaki
Tour d’Italie (I) : Alen/Kivimaki
Rallye d’Espagne (SP) : Carello/Perissinot
.Lancia champion d’Europe des Rallyes « Constructeur »
.Antonio “Tony” Carello champion d’Europe des Rallyes
.Marku Alen champion du Monde des Rallyes « Conducteurs »

  • 1979 :

Rallye de Monte-Carlo (MC) : Darniche/Mahe
Rallye de Madeire (P) : “Tony”/Mannini
Tour de France (F) : Darniche/Mahe
Rallye de San Remo (I) : “Tony”/Mannini
Rallye d’Espagne (SP) : De Bragation/Llopis
Tour de Corse (F) : Darniche/Mahe

  • 1980 :

Tour de France (F) : Darniche/Mahe

  • 1981 :

Rallye de Touraine (F) : Darniche/Mahe
Tour de Corse (F) : Darniche/Mahe

  • 1982 :

Rally Isola d’Elba (I) : Tabaton/Tedeschini

 

 

Interview :
BERNARD DARNICHE, STRATOSMAN !

Bernard Darniche a remporté au volant de la Lancia Stratos plus de quarante rallyes nationaux et internationaux. Sur tous les terrains, au fil de sept éblouissantes saisons (1975-1981), il est le pilote qui a le plus souvent mené la Stratos à la victoire –au grand désespoir de l’écurie officielle italienne dirigée par Cesare Fiorio, qui aurait préféré voir triompher plus souvent ses pilotes, emmenés par Sandro Munari !
Darniche découvre la Stratos en 1975 lorsque l’importateur français de Lancia, André Chardonnet, lui offre le volant d’une voiture privée. « La voiture, aux couleurs Aseptogyl, était celle de l’écurie de Bob Neyret. Elle était destinée à des femmes. », se souvient Darniche, « En fait, elle était très peu préparée : elle avait des petits freins, un petit moteur, et je n’ai eu que quelques heures pour la prendre en mains juste avant le départ du Tour de France Auto 1975. Nous partions de Nice et je suis allé l’essayer dans l’arrière pays. J’ai immédiatement senti que cette voiture était un piège ! Du fait de son architecture, très courte, très ramassée, elle avait un comportement très particulier. Il fallait avoir avec elle deux styles de pilotage radicalement différents. Ses qualités s’exprimaient dans tout ce qui était serré, sinueux, haché. Là, il fallait la jeter. Son tempérament sous-vireur permettait –ou imposait- de la brutaliser. Ainsi, on pouvait la faire danser de virage en virage. Mais, dès 180 km/h, dès que le tracé devenait un peu roulant, il fallait devenir très fin, très léger, vraiment piloter avec une finesse et des précautions extrêmes. Sinon, on se trouvait immédiatement à l’envers ». Côté réglages, Darniche le stakhanoviste travaille beaucoup sur les suspensions et l’aérodynamique. Pour gagner en stabilité sur les courses rapides –notamment le Tour Auto, l’équipe développe un bouclier avant plus long, avec une lame qui donne un peu plus d’appui. Les victoires vont s’enchaîner. En France comme à l’étranger, puisque Darniche va courir toutes les épreuves du championnat d’Europe et la plupart de celles du championnat du monde. « J’avais une pression énorme : nous étions une écurie privée, sans moyen, et seule la victoire nous permettait de continuer. Je me battais face aux voitures officielles qui avaient le « gros » moteur avec les culasses quatre soupapes. Je crois qu’il nous en ont prêté un à deux reprises lorsqu’il fallait me donner un coup de pouce pour éviter que Lancia ne perde le championnat d’Europe ! Sinon, ils se le réservaient. C’était une période très haute en couleurs : le dimanche je gagnais, et le lundi ou le mardi, André Chardonnet m’emmenait avec lui pour faire la tournée des concessionnaires et vendre des voitures ! En 1975, il importait 1.800 Lancia. À la fin de notre aventure, en 1981, 18.000 ! Les victoires de la Stratos avaient donné à la marque sa vraie légitimité sur le marché français ».

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

.L’histoire de la Lancia Stratos

.La fiche technique de la Lancia Stratos

 

 

 

VOUS POSSÉDEZ UNE LANCIA STRATOS (LUCKY YOU !) ?
ASSUREZ LA AVEC AON CLASSIC CAR !


Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure