Stirling Moss au volant d’une Jaguar Mark 2 lors d’une course à Silverstone en 1960. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)

Stirling Moss au volant d’une Jaguar Mark 2 lors d’une course à Silverstone en 1960.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)


Sur les publicités, la Jaguar Mark 2 est la voitures des hommes à responsabilités… (copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)

Sur les publicités, la Jaguar Mark 2 est la voitures des hommes à responsabilités…
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)


jag_heritaSur la route, quelle que soit sa couleur, une gueule folle. La ligne est intemporelle. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)ge_jaguar_mark_2_1959_01 72 x 1000

Sur la route, quelle que soit sa couleur, une gueule folle. La ligne est intemporelle.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)


Une Mark 2 parfaitement restaurée par Jaguar dans les ateliers de Browns Lane à Coventry. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)

Une Mark 2 parfaitement restaurée par Jaguar dans les ateliers de Browns Lane à Coventry.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Jaguar)


JAGUAR MARK 2 :
MIEUX QU’UNE BERLINE,
UNE JAGUAR À 4 PORTES !

QU’ATTENDEZ-VOUS D’UNE BERLINE HAUT DE GAMME ? QU’ELLE AIT QUATRE PORTES, CINQ PLACES, QU’ELLE SOIT BELLE ET PERFORMANTE ? NOUS DEVRIONS TOUS ROULER EN JAGUAR MARK 2…
1ère PARTIE : AU COMMENCEMENT ÉTAIT LA MARK 1
2ème PARTIE : LA MARK 2, L’ÉVOLUTION FAITE RÉVOLUTION

Et la Jaguar Mark 2… ne créa pas la surprise ! À sa présentation le 21 octobre 1959 au Salon de l’Automobile de l’Earls Court à Londres, la nouvelle berline de Williams Lyons n’attire pas tous les regards. Bien sûr, la sortie d’une nouvelle Jaguar est forcément un événement britannico-britannique. Bien sûr la presse anglaise, très bien encouragée par Sir William (il a été anobli par la reine Elizabeth II en 1956) lui ouvre largement ses colonnes. Mais elle n’éveille guère d’intérêt chez le « major Thompson de la rue » en melon et parapluie. Alors la Jaguar Mark 2 va construire elle-même sa légende. A coup de succès commerciaux et de victoires sportives.

Dans un premier temps donc, la Mark 2 passe presque inaperçue en raison de sa trop grande ressemblance avec la Mark 1 dont elle reprend la silhouette et la mécanique. Mais le diable (et la beauté !) sont dans les détails : la Mark 2 va plus loin, plus haut, plus fort. Elle hérite dans un premier temps du six cylindres en ligne déjà installé sur la Mark 1 : le « 2.4 » (2483 cm3) qui passe cependant de 112 à 120 chevaux. Puis, dès 1960, elle est logiquement proposée aussi avec le second bloc de la Mark 1, le « 3.4 » (3442 cm3, 210 ch). Mais la grande nouveauté réside dans le troisième moteur : le nouveau « 3.8 » (3781 cm3, 220 ch) que l’on verra sur la Type E dans une version plus puissante (265 ch). La mécanique de la Mark 2 est donc plus brillante que celle de sa sœur ainée.

 

REDESSINÉE ET PLUS PUISSANTE

 

Côté châssis et carrosseries, les deux voitures sont très proches… de loin ! Car de près, on voir à quel point la Mark 2 a été redessinée. Ses lignes sont plus légères, ses montants plus fins. Pourtant ses hanches sont plus généreuses : sa voie arrière a été élargie par rapport à la Mark 1, ce qui lui confère une meilleure stabilité à haute vitesse. Des chromes plus abondants embellissent l’ensemble. Dans ses entrailles, les freins à disques apparus en fin de production sur la Mark 1 sont maintenant parfaitement au point. Dans sa version 3.8, la Mark 2 est bien, ainsi que le disait José Rosinski, « non pas une berline, mais une Jaguar à quatre portes ». Et même une sacrée Jaguar !

Dès 1960, les ingénieurs de Coventry ont bien compris le potentiel sportif de leur nouvelle berline et la pousse sur les chemins des grandes épreuves internationales, sur route comme sur circuit. Bernard Consten va notamment lui tailler un magnifique palmarès dans le Tour de France Auto qu’il remporte à quatre reprises à son volant (1960, 1961, 1962 et 1963). Les Mark 2 vont y réaliser deux doublés (1960 et 1963) et deux quadruplés (1961 et 1962). Hors de l’Hexagone, d’autres grands succès : le titre européen en Tourisme en 1963 avec Peter Nöcker et, la même année, les six heures de Brands Hatch grâce à Roy Salvadori et Denny Hulme.

 

PLUS DE 91000 EXEMPLAIRES AU TOTAL !

 

Épaulée par ces succès qu’exploite Jaguar à grand renfort de publicité, la Mark 2 est une réussite commercial sur tous les marchés. De 1959 à 1967 elle va être produite à 84000 exemplaires ; un peu plus de 7000 exemplaires supplémentaires seront fabriqués sous les noms de 240 et 340 de septembre 1967 à avril 1969.

La Jaguar Mark 2, quand elle est en bon état, est toujours aujourd’hui une fantastique berline, confortable, rapide, très attachante. Si elle vous séduit, préférez-la en version 3.8 équipée de la boîte de vitesses mécanique synchronisée Jaguar qui a remplacé la délicate boîte Moss à partir de 1965. Vous apprécierez sans doute aussi la direction assistée (à partir de 1960). Point à surveiller : la corrosion. La Mark 2 y est tellement sensible que l’on pourrait croire qu’elle est née dans un pays chaud et sec…

 

POUR EN SAVOIR PLUS :
1ère PARTIE : AU COMMENCEMENT ÉTAIT LA MARK 1

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure