2 juillet 1967, Jean Rédélé (à g.) et Amédé Gordini (à dr.) posent devant le nouveau V8 3 litres qui fera ses débuts dans les Alpine-Renault d’Endurance en octobre 1967. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Renault)

2 juillet 1967, Jean Rédélé (à g.) et Amédé Gordini (à dr.) posent devant le nouveau V8 3 litres qui fera ses débuts dans les Alpine-Renault d’Endurance en octobre 1967.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Renault)

RÉDÉLÉ ET GORDINI,
DEUX LÉGENDES FRANÇAISES

CHAQUE SEMAINE, EXTRAITE DE NOS ARCHIVES OU DES MEILLEURES PHOTOTHÈQUES, UNE IMAGE EXCEPTIONNELLE RACONTE LES GRANDES HEURES DE L’AUTOMOBILE.
C'EST "TRÉSOR D'ARCHIVES".

SUR CE CLICHÉ EXTRAIT DES ARCHIVES RENAULT, DEUX GRANDS NOMS DE L'AUTOMOBILE FRANÇAISE : À GAUCHE JEAN RÉDÉLÉ, LE PÈRE DE LA VOITURE DE SPORT MODERNE. À DROITE AMÉDÉE GORDINI, CELUI QU’ENZO FERRARI APPELAIT RESPECTUEUSEMENT « INGEGNERE ».

En Italie, Alfieri Maserati et Enzo Ferrari n’ont jamais travaillé ensemble. Mais ce que l’histoire a refusé à l’Italie, elle l’a offert à la France -qui comme souvent l’a sabordé. Les hasards de la vie industrielle et sportive ont en effet conduit deux hommes d’exception, les créateurs des plus célèbres marques sportives françaises d’après-guerre, à collaborer : Amédée Gordini, le vieux sorcier, et Jean Rédélé, l’inventeur des Alpine.

Réunis sous la houlette de la Régie Renault, Rédélé et Gordini (qui avaient une génération d’écart), ont été contre toute attente amenés à collaborer pour ce qui aurait pu être le plus grand projet sportif français des années soixante et soixante-dix. Mais c’est Matra que l’État, pourtant propriétaire de Renault, décida de soutenir financièrement sur la voie de la Formule 1. Et Amédée Gordini, qui avait encore en tête bien des projets et des solutions mécaniques capables de faire la différence, glissa ainsi vers une retraite qu’il ne souhaitait pas, et une solitude qui l’emporta plus que l’âge.

Il avait eu le temps de jeter quelques derniers coups de crayons inspirés pour créer le V8 3 litres Renault-Gordini devant lequel il pose ici, le 2 juillet 1967, en compagnie du jeune Jean Rédélé. Faute de F1, ce moteur équipa les Alpine-Renault d’Endurance qui firent leurs débuts aux 1000 km de Paris en octobre 1967. La collaboration entre ces deux hommes très complémentaires aurait pu donner d’extraordinaires résultats. Rédélé possédait la science du commerce et du marketing qui faisait tellement défaut à Gordini. Mais ce dernier avait de son côté un sens de la mécanique et de l’ingénierie quasi unique. Deux merveilleux talents dont l’addition ne put jamais être faite…

La mémoire de Jean Rédélé, disparu le 10 août 2007 à 85 ans, est ragaillardie par la renaissance d’Alpine -du moins l’espère-t-on malgré une absence de la marque du dernier Mondial.

Le souvenir d’Amédée Gordini, qui nous a quitté le 25 mai 1979 à 80 ans, s’évanouit. À Paris, Porte de Versailles, son ancien atelier est devenu un hôtel. Son nom, que Renault n’emploie plus, appartient désormais aux collectionneurs.

Au cimetière de Montmartre, les deux hommes sont réunis pour toujours, enterrés à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre. La tombe de Jean Rédélé est toujours fleurie. Celle d’Amédée Gordini est abandonnée.

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure