Rosche en 1967, Breitling Chronomat « 818 » (de présérie !) au poignet, aux côtés d’Alex von Falkenhausen qui avait été l’un des pères de la BMW 328 avant de précéder Rosche à la tête du département des moteurs de compétition (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)

Rosche en 1967, Breitling Chronomat « 818 » (de présérie !) au poignet, aux côtés d’Alex von Falkenhausen qui avait été l’un des pères de la BMW 328 avant de précéder Rosche à la tête du département des moteurs de compétition
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)


Paul Rosche et Nelson Piquet en discussion. BMW n’a jamais été champion du monde des Constructeurs en F1. Mais la firme allemande a motorisé la Brabham de Nelson Piquet champion du monde des Conducteurs en 1983 (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)

Paul Rosche et Nelson Piquet en discussion. BMW n’a jamais été champion du monde des Constructeurs en F1. Mais la firme allemande a motorisé la Brabham de Nelson Piquet champion du monde des Conducteurs en 1983
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)


Paul Rosche a toujours su allier la science de l’ingénieur de bureau d’études et la compétence de l’ingénieur de développement, aux côtée de ses équipes au bord de la piste. On le voit ici entre Nelson Piquet (à g.) et Gordon Murray (à dr.) (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)

Paul Rosche a toujours su allier la science de l’ingénieur de bureau d’études et la compétence de l’ingénieur de développement, aux côtée de ses équipes au bord de la piste. On le voit ici entre Nelson Piquet (à g.) et Gordon Murray (à dr.)
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)


La Brabham-BMW BT52, l’une des plus belles monoplace de l’histoire de la Formule 1. Dessinée par le Sud-Africain Gordon Murray, motorisée par Paul Rosche, pilotée par le Brésilien Nelson Piquet. Le trio gagnant de la saison 1983 (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)

La Brabham-BMW BT52, l’une des plus belles monoplace de l’histoire de la Formule 1. Dessinée par le Sud-Africain Gordon Murray, motorisée par Paul Rosche, pilotée par le Brésilien Nelson Piquet. Le trio gagnant de la saison 1983
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)


La science de Paul Rosche s’est exprimée aussi bien dans la création de moteurs suralimentés de faible cylindrée (1,5 et 2 litres) que dans la conception de blocs atmosphériques comme le 6 cylindres de la M1, ici aux mains de Nelson Piquet en série Procar (copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)

La science de Paul Rosche s’est exprimée aussi bien dans la création de moteurs suralimentés de faible cylindrée (1,5 et 2 litres) que dans la conception de blocs atmosphériques comme le 6 cylindres de la M1, ici aux mains de Nelson Piquet en série Procar
(copyright archives AgrippA-mediA /// archives BMW AG)


DISPARITION DE PAUL ROSCHE

PAUL ROSCHE, L’EMBLÉMATIQUE MOTORISTE DE BMW, NOUS A QUITTÉS LE 15 NOVEMBRE. SA VIE SE CONFONDAIT AVEC LES SUCCÈS DE LA MARQUE ALLEMANDE EN COMPÉTITION.

BMW avait fait à Paul Rosche la surprise d’une magnifique fête de famille sportive le 1er avril 2014 à Münich pour son 80e anniversaire. Ses anciens pilotes, a qui il avait permis tant de victoires, ses camarades ingénieurs, à qui il avait tant appris, tout le monde avait tenu à fêter l’un des plus grands héros de la marque.

Rosche était en effet à BMW ce qu’Aurelio Lampredi et Gioacchino Colombo furent à Ferrari, Bernard Dudot et Jean-Jacques His à Renault, Jean-Pierre Boudy à Peugeot et Osamu Goto à Honda : les pères de la performance mécanique. Leurs moteurs ont construit les succès de leur marque en compétition.

Munichois passionné de technique, Paul Rosche ne pouvait envisager son métier ailleurs qu’à la Bayerische Motoren Werke, autrement dit BMW. Né en 1934, il entre sitôt son diplôme d’ingénieur en poche en 1957 chez le constructeur bavarois comme dessinateur. Très vite, il développe une science de l’arbre à cames et des hauts régimes. Quand un problème se pose en ces domaines, c’est le jeune Paul qui est mis à contribution au sein du bureau d’études. Sa compétence et une puissance de travail considérable l’imposent dans de nombreux projets. Moteurs de route ou de course, il est de tous les challenges difficiles.

Très vite, la direction technique lui confie la direction de projets et les succès sportifs sont au rendez-vous : en 1969, son bloc quatre cylindres deux litres turbocompressé permet à la BMW 2002 de remporter le championnat d’Europe de Tourisme en circuit. En 1973, il est nommé directeur des études avancées et des moteurs de compétition. Deux ans plus tard, il est en charge de la motorisation de la M1 chez BMW Motorsport. Un merveilleux six cylindres en lignes (le « E26 ») de 3453 cm3, coiffé d’une culasse 24 soupapes (ah les beaux arbres à cames que voilà !),  jailli de ses tables à dessins.

Pendant ce temps, un autre de ses moteurs, le deux litres quatre cylindres 16 soupapes, accumule les succès : six titres de champion d’Europe de Formule 2 (1973, 1974, 1975, 1978, 1979, 1982) et plus de 150 victoires !

En toute logique, lorsque BMW décide d’accompagner l’écurie Brabham en Formule 1 à partir de la saison 1982 (un essai avait été fait à l’été 1981), c’est bien évidemment Paul Rosche qui est à la manœuvre. Sa science des quatre cylindres turbocompressés et des hauts régimes de rotation fait merveille. Après une année d’apprentissage, Nelson Piquet décroche en 1983 la couronne mondiale au volant de sa Brabham-BMW BT52.

En six saisons d’activités (de 1982 à 1987), au plus fort des « années turbo », les moteurs BMW vont prendre 91 fois le départ des Grand Prix et récolter 15 pole positions (9 rien qu’en 1984) et 9 victoires.

Pau Rosche a dirigé le département technique de  BMW Motorsport de 1979 à 1996. Il coulait depuis une retraite très active, régulièrement impliqué dans les opérations « classiques » de BMW.

 

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception

assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements, tarifs, expertises, demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure