Tipo 151, SE037, Lancia 037, Lancia Rally, Lancia Rally 037, Lancia-Abarth 037, elle va porter officiellement tous ces noms à partir de sa sortie en1982 en fonction de la période et de l’écurie. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)

Tipo 151, SE037, Lancia 037, Lancia Rally, Lancia Rally 037, Lancia-Abarth 037, elle va porter officiellement tous ces noms à partir de sa sortie en1982 en fonction de la période et de l’écurie.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)


Les chiffres de production de la 037 sont, comme souvent chez Lancia, difficiles à vérifier. A priori 200 voitures de route et une quarantaine de Groupe B. Ici le prototype de la version stradale en 1981. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)

Les chiffres de production de la 037 sont, comme souvent chez Lancia, difficiles à vérifier. A priori 200 voitures de route et une quarantaine de Groupe B. Ici le prototype de la version stradale en 1981.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)


La Lancia 037 fait ses débuts en avril 1982 au rallye Costa Smeralda. Mais Markku Alén et Attilio Bettega (ici) abandonnent en raison de problèmes de boîte. La mieux classée des Lancia est une Stratos. (copyright archives AgrippA mediA /// archives DR)

La Lancia 037 fait ses débuts en avril 1982 au rallye Costa Smeralda. Mais Markku Alén et Attilio Bettega (ici) abandonnent en raison de problèmes de boîte. La mieux classée des Lancia est une Stratos.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives DR)


Malgré ses deux roues motrices, la Lancia 037 se révélera efficace et gagnera sur tous les terrains, sauf sur la neige du rallye de Suède où elle sera toujours très handicapée par son manque de motricité. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)

Malgré ses deux roues motrices, la Lancia 037 se révélera efficace et gagnera sur tous les terrains, sauf sur la neige du rallye de Suède où elle sera toujours très handicapée par son manque de motricité.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Lancia)


LANCIA 037 :
CHAMPIONNE DU MONDE SUR 2 ROUES !

EN 1982, LANCIA CRÉE LA 037, UNE VOITURE SPÉCIALEMENT DESTINÉE AU GROUPE B, NOUVELLE CATÉGORIE DE RÉFÉRENCE EN CHAMPIONNAT DU MONDE DES RALLYES. UNE VOITURE À DEUX ROUES MOTRICES. UN NON SENS MÉCANIQUE ! MAIS LES SOURIRES DE LA CONCURRENCE VONT RAPIDEMENT S'EFFACER...

Pour ceux qui l’ont pilotée ou qui l‘ont vue passer, la Lancia 037 restera une danseuse. Légère, délicate, insaisissable, toujours en équilibre comme une étoile sur ses pointes. La seule deux roues motrices à avoir remporté la couronne mondiale des Rallyes entre 1982 et 1986 pendant l’ère des Groupe B. Un miracle ? non, le fruit de la collaboration entre le génie de la mécanique de course, Abarth, et le prince de la haute couture automobile, Pininfarina. Retour en 1982…

Au terme de plusieurs mois de négociations avec les constructeurs, la Fédération Internationale de l’Automobile révolutionne son Code Sportif : son « Annexe J » dédiée aux classifications, définitions et spécifications des voitures de compétition, appelée aussi « les pages vertes » (c’est la couleur du papier sur lequel elles sont imprimées), voit disparaître les anciens groupes 1 à 8 des Catégories A et B, remplacés par des catégories identifiées par des lettres. Le changement n’est pas qu’orthographique. Cette nouvelle nomenclature signe un profond bouleversement de la physionomie du sport automobile.

Pour ce qui touche au rallye, les quelques lignes tracées par le législateur à l’article 256 sont le point de départ d’une véritable mythologies automobile : celles du Groupe B. Une tragédie grecque avec son flot de larmes de joie et de douleur. De 1982 à 1986, cinq saisons d’excès, de fureur, de paroxysme mécanique et humain. Cinq saisons et cinq couronnes mondiales qui restent les plus prestigieuses jamais décernées.

 

Une réglementation voulue par les constructeurs

 

Cette réglementation Groupe B est née sous la pression des constructeurs qui réclamaient depuis longtemps plus de liberté. Auparavant, pour être homologuées, les voitures étaient dérivées de modèles de séries produits au minimum à 1000 exemplaires entre le 1er janvier et le 31 décembre. Ce verrou saute avec le Groupe B : deux cents exemplaires suffisent au départ, puis les constructeurs peuvent développer chaque année une nouvelle évolution dont ils n’ont à produire que vingt exemplaires.

Les services compétition des grands constructeurs qui avaient négocié cette réglementation s’engouffrent dans la brèche et imaginent les plus fantastiques machines de l’histoire des rallyes, de véritables prototypes de la route. Le règlement est très ouvert. Tout le monde est content. Tout le monde ? Non. Lancia, malgré une longue expérience en championnat du monde, n’est guère avantagé par ces nouvelles dispositions.

 

Lancia part de très loin…

 

Lancia et le rallye, c’est une belle histoire à succès. Grâce à la Stratos, le constructeur italien (propriété du Groupe Fiat depuis 1969) a raflé trois titres mondiaux des Constructeurs en 1974, 1975 et 1976 et à son volant, Sandro Munari a été le premier pilote sacré champion du monde des rallye en 1977 (le titre n’existait pas auparavant). Et dans les championnats nationaux ou d’Europe, les Stratos ont longtemps joué les prolongations aux avant-postes –en particulier grâce à Bernard Darniche.

Mais quand les discussions sur la création du Groupe B sont menées entre les constructeurs et la FIA en 1981, Lancia sent très vite qu’il n’est pas en mesure de peser sur les nouvelles orientations. Audi et Peugeot militent pour l’adoption d’un règlement très ouvert, permettant d’exploiter le turbo et les quatre roues motrices. Or Lancia n’a pas cru en ces solutions et il n’y a pas de programme de recherche suffisamment avancé en ces domaines au sein Groupe Fiat –en particulier pour ce qui touche à la traction intégrale. Cesare Fiorio, tout puissant patron de la compétition de la marque, met cependant de toute urgence toutes les ressources disponibles au travail. Sans cela, il le sait, Lancia va disparaître des classements du championnat du monde.

 

Abarth et Pininfarina penchés sur le berceau

 

Supervisé par Claudio Lombardi, le projet n°SE 037 est confié à l’ingegnere Sergio Limone, qui rassemble autour de lui une équipe formée d’ingénieurs de Lancia et d’Abarth (acquis par le Groupe Fiat en 1971). Le concept retenu est, forcément, celui d’une deux roues motrices. Et pour compenser le déficit de motricité (le championnat se joue essentiellement sur de la terre, du gravier et de la neige), Limone optimise l’architecture globale de la voiture : moteur central arrière –finalement suralimenté grâce à une compresseur volumétrique- et centre de gravité bas (la voiture fait 1,24 m de hauteur). De son côté, Pininfarina parvient magnifiquement à faire oublier ces contraintes techniques grâce à une ligne à la fois fluide et agressive qu’aucune extension aérodynamique ni évolution ne parviendra à enlaidir.

Baptisée tout simplement Lancia 037, la voiture est présentée le 21 avril 1982 en ouverture du Salone dell’Automobile di Torino par Cesare Fiorio, l’ingegnere Claudio Lombardi, Directeur Technique, l’ingegnere Sergio Limone et l’état major de la marque au grand complet. La 037 est immédiatement engagée en championnat du monde pour les rallyes qui restent à disputer. Elle s’y révèle immédiatement compétitive. Quand débute la saison 1983, le Martini-Racing, équipe qui représente officiellement la marque en championnat du monde, nourrit donc de grands espoirs. Ils vont être comblés.

Si le championnat du monde 1982 avait été une année de rodage pour les Groupe B à l’issue de laquelle Audi s’était imposé devant Opel, 1983 voit se jouer un fantastique duel entre les pilotes Lancia et Audi. Après douze mois de championnat et dix épreuves, Lancia s’impose sur son rival allemand cinq victoires à quatre –mais avec seulement deux points d’avance. La Lancia 037 est sacrée championne du monde des Rallyes 1983. C’est la première et la dernière fois dans l’ère des Groupe B qu’une deux roues motrices décroche le titre. Désormais la couronne ira aux tractions intégrales. Qu’importe, Lancia a magnifiquement remporté son pari.

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure