Appelez-la comme vous voulez : Cobra Daytona ou Daytona Cobra, même chez Shelby American, on disait (et écrivait) les deux ! Ici Schlesser au Mans 1965. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)

Appelez-la comme vous voulez : Cobra Daytona ou Daytona Cobra, même chez Shelby American, on disait (et écrivait) les deux ! Ici Schlesser au Mans 1965.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)


Automne 1963, dans les ateliers de Shelby American à Venice en Californie, les mécaniciens assemblent la première Shelby Daytona Cobra Coupé. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)

Automne 1963, dans les ateliers de Shelby American à Venice en Californie, les mécaniciens assemblent la première Shelby Daytona Cobra Coupé.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)


La première des six Cobra Daytona sera la seule à être entièrement construite chez Shelby. Les carrosseries seront ensuite faites en Italie, puis envoyées aux USA pour être unies au châssis. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)

La première des six Cobra Daytona sera la seule à être entièrement construite chez Shelby. Les carrosseries seront ensuite faites en Italie, puis envoyées aux USA pour être unies au châssis.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)


Les quatre Cobra Daytona en peloton lors des 2000 km de Daytona en 1965. C’est la n°13 (Schlesser-Keck-Johnson) qui va l’emporter en GT. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)

Les quatre Cobra Daytona en peloton lors des 2000 km de Daytona en 1965. C’est la n°13 (Schlesser-Keck-Johnson) qui va l’emporter en GT.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Ford Motor Company)


COBRA DAYTONA COUPÉ :
L’ANTI-FERRARI DE SHELBY

CHAQUE SEMAINE, SURGIE DE NOS ARCHIVES ET DES MEILLEURES PHOTOTHÈQUES, UNE IMAGE EXCEPTIONNELLE RACONTE LES GRANDES HEURES DE L’AUTOMOBILE. C'EST "TRÉSOR D'ARCHIVES".
AUJOURD’HUI, C’EST CHEZ FORD, À DEARBORN AUX ÉTATS-UNIS, QUE NOUS SOMMES ALLÉS CHERCHER CES IMAGES INÉDITES : FIN 1963, DANS UN PETIT ATELIER DE CALIFORNIE, NAIT UNE VOITURE QUI VA DEVENIR LE CAUCHEMAR DES FERRARI : LA COBRA DAYTONA COUPÉ…

Automne 1963. La lumière reste allumée souvent toute la nuit dans le petit atelier californien de Carroll Shelby, à Venice. Depuis plusieurs semaines, à partir d’un châssis de Cobra accidenté, son équipe construit un coupé. Il a été dessiné par un de ses jeunes employés, Pete Brock, un génial touche-à-tout de 27 ans.

Shelby n’avait pas besoin de ce nouveau challenge. Ses affaires sont florissantes depuis qu’il a inventé la Cobra l’année précédente. La voiture a du succès, sur la route comme en compétition. Tant de succès qu’il ne parvient pas à satisfaire toutes les commandes. Mais avec la Cobra Daytona Coupé, il vise un autre objectif : battre Ferrari dans les épreuves du championnat du monde GT.

Carroll Shelby, victorieux aux 24 Heures du Mans en 1959 avec Aston Martin, n’a comme pilote plus rien à prouver. Mais son amour-propre d’Américain en prend un coup depuis deux saisons à chaque fois que, de Sebring à Daytona en passant par Le Mans, ce sont des Ferrari 250 GTO qui roulent en tête de la catégorie Grand Tourisme. Il a décidé de mettre fin à cette domination.

 

OBJECTIF : BATTRE LES FERRARI 260 GTO

 

Les Cobra sont puissantes, efficaces, mais même équipées de leur hard-top, elles n’ont pas les qualités aérodynamiques suffisantes pour mater les 250 GTO sur les circuits rapides. Les carrosseries des italiennes génèrent beaucoup d’appui et peu de trainée, qui leur autorisent des vitesses de pointe et de passage en virages plus élevées que leurs rivales. Même les Jaguar E-Type, pourtant si fluides, mettent un genou en terre. Dans les Hunaudières, les GTO frôlent les 300 km/h –soit 30 à 40 km/h de plus que leurs rivales. Un différentiel de performances que, malgré la puissance supérieure de leur V8 Ford de 4,7 litres, les Cobra ne peuvent compenser.

Les GTO gagnent –notamment- grâce à leurs qualités aérodynamiques ? C’est sur ce terrain-là que Shelby va les affronter.

Dans un magnifique livre de souvenirs publié en 1995 que vous devez absolument posséder si vous aimez cette épopée, « Daytona Cobra Coupes: Carroll Shelby’s 1965 World Champions », Pete Brock raconte comment il a dessiné la voiture sur le sol de l’atelier, puis construit une maquette de carrosserie autour du châssis de Cobra déshabillé, dans lequel il avait fait s’installer l’un des pilotes maison, Ken Miles !

 

UNE CARROSSERIE MADE IN ITALY !

 

Les photos d’atelier de cet article ont été prises quelques semaines plus tard, alors que les carrossiers de Shelby American installent sur l’ensemble châssis-moteur de la Cobra l’enveloppe d’aluminium qu’ils ont martelée. Ce premier exemplaire de la série des six Shelby Cobra Daytona qui seront construites, est le seul qui sera réalisé entièrement chez Shelby American à Venice. Les autres autres carrosseries seront faites… en Italie, à côté de chez Ferrari, à Modène chez Vaccari et Baccarini (la « Carrozzeria Gransport ») ! Tant qu’à vouloir battre la Scuderia, autant aller chercher les compétences à sa porte !

Dès les premiers tests, la Shelby Daytona Cobra est plus rapide que prévue. La saison 1964 la voit battre Ferrari et remporter sa classe à Sebring, au Mans et au Tour Auto. En 1965, Shelby décroche le titre mondial. Devant Ferrari. Pari gagné, comme d’habitude…

 

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collection , assurance voiture d’exception ,

assistance voiture de collection , assistance voitures d’exception .
Renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure