A partir de 1964, la Sunbeam Alpine perd ses ailes arrière élancées. Mais elle reçoit une boîte de vitesses synchronisée. (copyright archives AgrippA-mediA)

A partir de 1964, la Sunbeam Alpine perd ses ailes arrière élancées. Mais elle reçoit une boîte de vitesses synchronisée.
(copyright archives AgrippA-mediA)


Une publicité pour le marché américain. La Sunbeam Alpine est l’alternative aux roadsters anglais traditionnels, Triumph, Healey et MG. (copyright archives AgrippA-mediA)

Une publicité pour le marché américain. La Sunbeam Alpine est l’alternative aux roadsters anglais traditionnels, Triumph, Healey et MG.
(copyright archives AgrippA-mediA)


Sean Connery à l’attaque au volant de sa Sunbeam Alpine modèle de 61 dans « James Bond contre Dr. No » en 1962. Les méchants vont mordre la poussière. (copyright archives AgrippA-mediA)

Sean Connery à l’attaque au volant de sa Sunbeam Alpine modèle de 61 dans « James Bond contre Dr. No » en 1962. Les méchants vont mordre la poussière.
(copyright archives AgrippA-mediA)


SUNBEAM ALPINE :
LE PREMIER ROADSTER DE JAMES BOND

TANDIS QUE LES TRIUMPH, LES AUSTIN-HEALEY ET LES MG ONT LA FAVEUR DE LA MAJORITÉ DES AMATEURS D’ANGLAISES, LA PETITE SUNBEAM ALPINE UN PEU DÉLAISSÉE, SINON MÉCONNUE. C'EST POURTANT LA PREMIÈRE JAMES BOND'S CAR !

Vous vous appelez Bond, James Bond. Vous ne roulez pas encore en Aston Martin (patience, ça viendra…). L’infâme Docteur No vous en fait voir de toutes les couleurs depuis votre arrivée à Kingston (Jamaïque). Aujourd’hui, vous voilà pris en chasse par un corbillard transportant des tueurs à la solde du sinistre médicastre. Mais vous allez vous débarrasser de ce funeste équipage qui ne parviendra pas à suivre votre train d’enfer et finira dans un ravin. On ne vous la fait pas : vous êtes Bond, James Bond ; et vous conduisez une Sunbeam Alpine. Une Sunbeam Alpine ! Ils étaient perdus d’avance…

Ce coup de publicité pour le petit roadster anglais dans le premier opus des James Bond en 1962 restera sans suite. Dommage, il méritait de grandir un peu avec le Commandeur de sa Gracieuse Majesté.

La Sunbeam Alpine, dont le nom évoque les succès de la marque dans la Coupe des Alpes, est présentée à la presse et au public à Cannes le 2 juillet 1959. Elle est en fait le second modèle à porter ce nom. Avant elle, à partir de 1953, Sunbeam avait fabriqué l’Alpine Mark I puis la Mark III (il n’y avait pas eu de Mark II).

La nouvelle Sunbeam Alpine affiche des lignes plutôt séduisantes imaginées par Ken Howes. Avec ce cabriolet sportif, le groupe britannique Rootes veut conquérir le marché des petits roadsters (Triumph TR4, MGA, MGB et autres Austin Healey), dont le succès commercial, notamment aux Etats-Unis, atteint alors des sommets.

Voiture de conception moderne, la nouvelle Sunbeam Alpine possède une structure monocoque, un moteur quatre cylindres de 1494 cm3 à culasse en aluminium alimenté par un double carburateur (un bloc dérivé de la Sunbeam Rapier), et est équipée de freins à disques à l’avant. L’assemblage en est réalisé dans les usines Bristol Siddeley, à Coventry.

La Sunbeam Alpine va connaître plusieurs évolutions techniques et stylistiques au fil des années (Series I à V). En 1964, Caroll Shelby, le père des Cobra, séduit par sa jolie gueule et ses petites dimensions, (et espérant que Rootes lui en confierait la fabrication en série dans son usine américaine !) lui greffe le V8 4,3 litres de la Ford Fairlane. En raison de son caractère, cette version est baptisée Tiger. Elle est commercialisée en même temps que l’Alpine. Lors de sa dernière année de production (Tiger dite « Series II », 1967), Sunbeam la dote d’un V8 Ford plus musclé (4,7 litres de 200 ch).

En 1967, le groupe Rootes à bout de souffle est repris par l’Américain Chrysler. C’est la fin du petit roadster (juin 1967 pour les Tiger, fin 1968 pour les Alpine) après pratiquement 77 000 exemplaires produits (Alpine Series I à V : environ 69 250 ; Tiger Series I : environ 6 500 ; Tiger Series II : environ 650). Elles sont aujourd’hui moins prisées -et donc moins chères- que leurs concurrentes de l’époque. C’est une aubaine dont il faut savoir profiter. Et puis, c’est la première voiture de Bond, James Bond…

POUR EN SAVOIR PLUS :

.Le Sunbeam Club de France

.Le Classic Sunbeam & Rootes de France

 

Aon Classic Car votre partenaire
assurance voiture de collectionassurance voiture d’exception
assistance voiture de collectionassistance voitures d’exception
renseignements , tarifs , demandes de devis sur www.aonclassiccar.fr
Aon Classic Car, l’assurance est une relation de confiance

 

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure