30 ans après, Lucien-François Bernard et Hervé Ogliastro, devant le stand Aon Classic Car à Rétromobile. (copyright archives AgrippA mediA /// archives Aon Classic Car)

30 ans après, Lucien-François Bernard et Hervé Ogliastro, devant le stand Aon Classic Car à Rétromobile.
(copyright archives AgrippA mediA /// archives Aon Classic Car)

HERVÉ OGLIASTRO,
GENTLEMAN COLLECTIONNEUR

HERVÉ OGLIASTRO, COLLECTIONNEUR ÉRUDIT ET DISCRET, SE RETROUVE CETTE SEMAINE À PARIS SOUS LE FEU DES PROJECTEURS : QUELQUES UNES DE SES PERLES DE SA COLLECTION CONSTITUAIENT LE CLOU DE LA VENTE ARTCURIAL DE RÉTROMOBILE. AVANT DE REVENIR SUR LES -BEAUX- RÉSULTATS DE CETTE VACATION, BREFS SOUVENIR D’UNE LONGUE AMITIÉ…

Aon entretient avec ses clients une relation à la fois professionnelle et passionnelle. Nos amis deviennent souvent nos clients, et il se crée généralement avec nos assurés une relation de grande proximité et souvent d’amitié. Comment pourrait-il en être autrement ? Nous partageons la même passion pour l’automobile, fréquentons les mêmes événements, touchons les mêmes volants, levons les mêmes capots –ah, chères anciennes…

L’amitié qui nous unit, Hervé Ogliastro et moi, est très ancienne. A l’heure où il se sépare de certaines pièces de sa collection, me revient une anecdote qui résume bien la singularité d’Hervé et son authentique amour de l’automobile.

Nous sommes le 7 mai 1986 au château de Fontainebleau. Lors d’une très belle vente aux enchères, le marteau du commissaire priseur adjuge la Bugatti 57 châssis n°57330 à Hervé et Bernard Ogliastro. Les deux frères sont heureux de leur acquisition. A la fin de la vacation, détails administratifs réglés, au lieu de se diriger vers le parking pour reprendre leur voiture, ils s’installent dans la Bugatti : « On rentre à Paris ». Les amis qui les accompagnent se regardent un peu stupéfaits. « On rentre à Paris avec la 57, évidemment », insiste Hervé qui est déjà sur le siège du conducteur, pas du tout craintif des 70 km à couvrir de nuit, au volant d’une mécanique de cinquante ans d’âge, dont il ne connaissait pas l’état. L’envie de prendre tout de suite la route avec cette voiture de rêve était plus forte que tout le reste. Inconscience, euphorie, témérité ? Rien de tout cela. De l’amour voire bien plus : de la passion.

Il faudra que Claude Decoster et quelques autres Bugattistes présents déploient des trésors de persuasion pour qu’Hervé accepte finalement repartir chez lui en berline contemporaine. L’opération sera décalée de quelques heures : Hervé reviendra le lendemain et conduira sa 57 de Fontainebleau à Paris, le sourire au lèvres du premier au dernier kilomètre.

Le monde de la collection a trouvé en Hervé Ogliastro un membre particulièrement actif, souvent précurseur. S’intéressant aussi bien à l’art de l’automobile, à ses grands peintres, qu’aux jouets et bien sûr aux miniatures. En s’appuyant sur des maquettiste talentueux, il a par exemple constitué au fil des décennies une œuvre impressionnante : dans une incroyable salle qui leur est entièrement dédiée, il a fait réaliser (et réalisé parfois lui-même) au 1/43e l’intégralité des grilles de départ des 24 Heures du Mans depuis la première épreuve en 1923 ! Elle complète une exceptionnelle collection de voitures de records, à toutes échelles et bien d’autres grigris automobiles !

Hervé a une autre grande qualité : sa générosité. Il n’a jamais conçu de vivre sa passion autrement qu’en partage. C’est lui qui a créé le Centre International de l’Automobile de Pantin (le célèbre CIA), lieu exceptionnel aux portes de Paris, dédié à l’automobile. Un concept avant-gardiste, un musée convivial dont les expositions, toujours savamment choisies et orchestrées, offrait les espaces d’animation, de réception, de rencontre et d’échanges aux collectionneurs de la région parisienne et d’ailleurs qui aimaient à s’y retrouver. Nous nous souvenons tous des mémorables fêtes, ouvertes à tout ce que le monde de l’automobile ancienne comptait, qui s’y sont déroulées. Et faut-il parler de son implication dans Rétromobile dont qu’il racheta à Marc Nicolosi et dont il fut propriétaire pendant de très nombreuses années. François Melcion, opérateur discret à l’époque, poursuit l’œuvre aujourd’hui avec un évident talent.

Les années passent, le collectionneur fait ses arbitrages. Ils conduisent aujourd’hui Hervé à se séparer de certains joyaux. « Je garde cinq voitures. En réduisant le périmètre de ma collection, j’utiliserai celle qui restent plus souvent. J’arrive à un âge où je dois simplifier ma vie… ». Aon sera aux côtés d’Hervé, membre de l’AVEC de la première heure, pour l’accompagner dans cette deuxième partie de sa vie de collectionneur. Assureur de sa passion.

 

Lucien-François Bernard

Président de l’AVEC

S'assurer avec
Aon Classic Car
Votre devis personnalisé
Assurance, Assistance :
contrats et tarifs sur mesure